+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

lundi 9 juillet 2012

• Festival Trail Semois : trail du Tombeau du Chevalier


http://www.festival-trail-semois.be

Samedi 30 juin 2012

52,2 km - 1548m D+


ça tournique autant que les méandres de la Semois

Pas beaucoup de plat...un profil comme on les aime !


Martué, petit village situé au pied des premiers méandres vallonnés de la Semois; à peine 30 min de chez moi.
Le coeur des festivités se situe sur la base de X-Cape Aventure, bien connue pour les organisations multi-sports nature.
Festivités ? Oui, car il s'agit d'un vrai festival (le slogan n'est pas exagéré...), avec 2 trails le samedi (Trail du Tombeau du Chevalier 52km et trail des Epioux 25 km), une soirée "After" avec 2 concerts et 2 courses "allures libres" le dimanche dans le cadre du challenge local des "Allures Libres de Gaume" (CALG)

Dès votre arrivée, le ton est donné: pour rejoindre la base, obligation de laisser la voiture au parking le long de la route et d'emprunter un petit parcours balisé, le long de cordes, de câbles et d'installations bizarres...pour se retrouver quelques dizaines de mètres plus bas le long de la Semois.
Des engins de torture ??

L'accueil y est particulier et très convivial.
Dès notre dossard retiré, il nous faut nous installer, car nous avons décidé de planter la tente sur le site, afin de profiter pleinement de ce beau week-end ! Les trois aller-retour nécessaire (via le parcours décrit plus haut...) jusqu'à la voiture nous serviront d'échauffement :-)). En 2 min, notre campement est installé, qu'en sera-t-il au moment de le replier ??
Et...hop ! Magique !!

Petit tour des installations, bonne ambiance, et bonjour aux nombreux amis et Trévires. Nous sommes quasi sur nos terres !!
La météo s'annonce bonne, voire chaude. Pas de pluie à l'horizon , ni en prévision. Super !!
Une partie des Trévires...



10h45: pour son briefing, l'ami Thierry nous annonce ...une modification de parcours décidée la veille pour cause de niveau d'eau trop élevé de la Semois, les 2 passages à gué sont supprimés et le parcours allongé de 1km. Mais, si le dénivelé est annoncé légèrement à la baisse (1330 au lieu des 1550 m), les plus beaux passages sont préservés et certains seront pris en sens inverse!


11h. Une forêt de jambes trépigne d'impatience et s'élance sous le coup de feu couplé au passage d'une tyrolienne au-dessus de nos têtes.


Je décide de faire les premiers km (environ 10...) avec ma Céline, mon objectif étant de ne pas forcer et d'être capable d'enchaîner un autre parcours après cette grande distance, en vue de ma participation à un 108 km fin septembre. Une répétition-test en quelque sorte. Les 3 premiers sont assez roulants, de beaux petits chemins et sentiers en légère montée, puis une belle descente qui nous amène aux étangs et château de la réserve naturelle des Epioux. Mais déjà, je me suis laissé emporter dans cette descente et ai distancé Céline qui emmène derrière elle un beau petit peloton.
Dès que nous quittons les 200m de la petite route, nous nous enfonçons dans la forêt profonde en direction de notre fameuse Semois, que nous allons revoir à maintes reprises !! Toute une série de beaux sentiers variés, jusqu'à la première vraie difficulé, vers le 12e km. Virage à droite et belle grimpette en rocher, passage en crête, single-track, le tout dans une immense forêt luxuriante.
Au bout de ce chemin, c'est la descente par le bord de la carrière, très technique, jusqu'à l'entrée du village d'Herbeumont, autour duquel va se dérouler une grosse partie de notre "terrain de jeu".
Un peu de relâche à travers le village et la forteresse est en vue. Nous l'attaquons de face .... pour bifurquer rapidement et contourner le massif par la droite vers l'entrée du Tombeau du Chevalier (nous y voilà ... !!), avec une magnifique boucle très technique qui nous ramène au pied du fort.


Nous l'attaquons bien cette fois, de flan par la face Ouest, en caillasse sous végétation, puis végétaion basse et fougères sur le dessus, pour aborder le dernier mur par une...échelle ! Rien ne nous sera épargné !
"Vous êtes 100e, Monsieur", me lance un garçonnet qui s'amuse à comptabiliser les passages.
"Merci mon p'tit gars, c'est un compte rond !"
Nous sommes au 19e km, ravitaillement, tam-tam et tambourins, avec un point de vue superbe!
Descente similaire à la montée, puis relâche sur un passage routier avec superbe vue (décidément, on en prend plein la vue...) sur le viaduc de l'ancien chemin de fer que nous emprunterons plus tard. Mais à peine le temps de récupérer que nous nous lançons dans la montée de Conques, d'abord raide, puis plus régulière avec toute une série de beaux passages en bois et sous-bois. Points de vue superbes sur le la forteresse, le viaduc et le Tombeau!
La température est élevée, l'ai est chaud et moite. Je constate subitement que, pris par mes admirations paysagistes, j'ai complètement oublié de compléter ma poche à eau au ravito. Je vais donc devoir limiter ma consommation, car le prochain point est au ...35e seulement. Mince alors, grosse erreur de débutant. Et nous ne sommes pas au bout de nos peines, loin de là !!
En plein bois...surprenant !! Si une envie vous prend :-))

Arrive alors ce que je redoutais, une grosse baisse de régime et quelques alertes crampes aux mollets....dues au manque d'eau, évidemment !! Plus loin, c'est le bas de mon dos qui commence à se faire douloureux, mal récurent pour moi sur les longues distances.

Enfin, un passage plus plat, un peu de récup...sur le viaduc !
Belle descente vers le camping où se trouve... un point d'eau.
Le robinet est pris d'assaut par plusieurs concurrents. Ouf, me voilà sauvé. Je reprends ma route pour arriver 300m plus loin ...au ravitaillement! Bon j'en profite pour manger un bout et m'asseoir pour soulager mon dos. Nous sommes bien au 35e.
"10 bornes pour le 45, ensuite plus que 8. Ca va aller, ça va aller..."
Bon, je ne traîne pas trop sinon Céline va finir par me rattrapper :-))

Je repars doucement en essayant de soulager mon dos au mieux. Mes alertes crampes ont disparu, la forme est moyenne, mais l'envie toujours bien présente! On embraye sur des sentiers au bord de l'eau, on s'enfonce de nouveau en pleine forêt, petits ruisseaux, petits gués; et grosse difficulté avec la montée, que dis-je, l'ascension de la sapinière. OUF, pas prévue celle-là...lentement, mais sûrement.
Du hors-piste pas triste...

Au sommet, hésitation sur le balisage qui porte à confusion, gauche (en montée) ou droite (en descente) ? Un concurrent revient de la droite, il n'a pas vu de rubalise. Ce sera donc vers la gauche...Et c'est reparti pour un long passage en pente douce, interminable mais agréable. A quelques-uns nous jouons au yo-yo, comme à chaque fois lorsque le niveau se régule entre coureurs.

Bon, le moral est au beau fixe, tout comme le temps. Les km diminuent et les jambes sont un peu lourdes. Dernier ravitaillement, 45e km. Plus d'erreurs, bien s'hydrater, manger un peu.

Il nous faut maintenant redescendre jusqu'au niveau de ....la Semois. Eh oui, toujours là, celle-là....elle n'en finit pas non plus de couler. Ce sera via un petit ruisseau qui submerge le sentier rendu très glissant et bien humide. Prudence, ce n'est pas le moment de se blesser...
Mais ce serait trop simple ensuite de nous faire suivre la rivière...il faut nous faire remonter vers les crêtes. Ce qui est fait plus loin par un coupe-feu bien pentu couvert de mousse. Ah, la mousse....on la préfèrerait sur la bière, tiens !!! :-))))
Et ça ne va plus tarder trop longtemps. On arrive aux Forges Roussel et son superbe petit château. Allez, encore une belle photo ...Je ne m'en lasse pas, jusqu'au bout!
On remonte jusqu'au chemin de fer, et on attaque la dernière descente technique dans laquelle je me régale aussi. Ca y est, le dernier baroud d'honneur à travers les supporters et la boucle est bouclée. En 06h36'.
Attention : virage à la corde ;-))

Le fan-club, ça fait plaisir !!


Ouf !! Pas fâché d'être arrivé...Mon dos m'a fait souffrir, mon manque d'eau m'a pénalisé (de ma faute...). J'ai finalement démarré un peu trop vite. Pourrais-je encore faire 50 bornes? C'est une bonne question ...Je pourrais encore continuer mais combien de km ou de temps ?? Réponse fin septembre prochain :-))

Le temps d'apprécier une (non, deux ou trois, en fait...) bonne "mousse", et Céline arrive en 07h10', soit 1h de moins que l'an dernier.
Je m'empresse de la féliciter de sa ténacité et sa progression. Allez, une vraie "mousse" Orvalistique !!
Et voilà, c'est fait !!


Une bonne, non, juste une douche ....froide...gla-gla!! Se restaurer et c'est parti pour l'After.
Cover Edge, l’Albert Blues Band et la sono CHAOS ont mis une ambiance d'enfer. Les 53 km n'ont pas calmé les concurrents encore nombreux pour assister, voire participer aux joutes du "bac à eau" entre les clubs TAF de Marche, Trail'in de Bastogne et nos Trévires d'Arlon-Virton ! Quelle ambiance jusqu'aux petites heures....
Chaude, l'ambiance !!

Froide, l'eau !!

Ah, l'Orval, fallait le mériter !!



Dimanche matin, réveil sous une petite pluie et une température douce et agréable. Suivi d'un bon orage de courte durée.
Les traditionnelles inscriptions du dimanche matin.


10h. Je prends le départ de l'Allure Libre, 13 km.
Cool, en décrassage, juste pour découvrir le parcours. Les 4 premiers km sont communs au trail de la veille. Ensuite on bifurque vers d'agréables chemins et sentiers pour arriver aux Forges Roussel par le bas et retour commun au trail, les 2 derniers km, sauf la dernière descente qui se fait via le beau chemin. Il ne faut pas oublier que cette course doit rester accessible à "Monsieur et Madame Toul-le-monde".
Céline n'a pas insisté, les douleurs de la veille étant encore bien présentes. C'était déjà très bien comme ça ;-))


Après un bon apéro entre amis du CALG, il nous faut replier notre campement, dont la tente. Et quand vous repliez pour la première fois une Queshua, il faut un certain temps pour bien tout comprendre. Néanmoins, on s'en tire bien, et elle ne repartira pas toute montée dans la voiture :-)))
Bon..comment ils disent ? plier ici, appuyer là, tordre..Bouhhhh...

Ah, ben finalement, ça rentre dans la housse !!


Bilan : le slogan n'était pas superflu, « Festival Trail Semois : probably the most festive trail » !!
Herbeumont, le Tombeau du Chevalier, un endroit à découvrir !!!

Résultat : 6h36'53 - 83e/197
Céline : 7h14'33 - 123e/197


L'album complet sur Picasa : ici


1 commentaire:

Damien a dit…

C'est toujours avec un plaisir renouvelé que je viens découvrir vos beau récits de trail, détaillés et largement illustrés. Du bonheur ! Sacré week-end ! Bravo à tous les deux.