+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

mercredi 20 février 2013

• X-Trail des Ardennes, WILTZ (GDLux)

http://www.xtrail.lu

10 février 2013
env 25 km - 850 D+


Voilà, l'intersaison se termine, il est temps de s'y remettre doucement. Depuis la dernière course, le 18 novembre 2012 à Heiderscheid, il me tarde de renouer avec l'ambiance d'un départ de masse. En tant que coureur, j'entends bien, car côté organisateur, nous avons vécu de grands moments avec notre TNT en décembre! Et côté entraînements, ils ne furent pas mis de côté, avec plusieurs sorties valorisantes dans la neige (et bien, oui, chez nous aussi on peut courir dans 15-20 cm de neige, na !!).
Notre choix se porte sur Wiltz, au Grand Duché de Luxembourg, et son X-Trail, pas loin de notre domicile, distance moyenne pour une reprise en douceur, belle région et dénivelé garanti. Et cette année....10°C supplémentaire puisqu'il ne fait "que" -2° au moment du départ, bien plus confortable que l'année précédente qui nous avait transit de froid. Un léger manteau de neige (quelques cm) recouvre les vallées et prairies avoisinantes. C'est avec enthousiasme et des fourmis dans les jambes que nous abordons cette course.
Si l'an passé, je coachais ma Céline, cette fois, elle prend bel et bien son envol et chacun fera sa course.
C'est également avec plaisir que nous retrouvons les connaissances, amis et autres "fans" (et oui....on fini par avoir une -modeste- célébrité :-)), dont mon récent ami Guy, toujours bien vaillant !



Je décide de partir en autonomie totale, avec pour objectif d'être le plus régulier possible et de marcher le strict minimum. Je me suis rendu compte que j'en arrivais à souhaiter une côte pour pouvoir me mettre à marcher. Il faut en finir avec cette mauvaise habitude...Ne marcher que sur les "sommets" pour s'économiser, mais courir un maximum, que diable !

Départ donné à 11h, pas sous l'arche, absente cette année (c'est la crise au Luxembourg aussi ??), et en toute discrétion : pas de coup de fusil, ni de musique...juste signalé aux premiers que c'est parti, et ...les autres suivent.
Bon, évidemment, occupé à papoter à l'arrière, je me retrouve en queue de peloton. comme bien souvent, car je n'arrive jamais à faire ma place dans la foule et me fait freiner à tous les coups. Mais n'empêche, mieux vaut partir doucement, la régularité fera le reste.

Rapidement, les premiers petits sentiers arrivent, puis des escaliers, pour rejoindre une petite route dont j'avais oublié l'existence.




Bien dégagée, mais avec l'une ou l'autre plaque de glace persistante dont il faut se méfier. Portion un peu longue jusqu'au premier village, mais qui me permet de prendre un bon rythme.
Petit escalier et retour vers les chemins campagnards enneigés et glacés. La prudence est de mise. La température est agréable pour courir, seule une légère bise refroidit au détour d'un endroit exposé.


Je zappe, comme prévu, le premier ravitaillemennt, et nous nous enfonçons dans un sous-bois encore bien enneigé et bien blanc, belle carte postale.

Belle montée, d'abord abrupte, puis plus régulière qui permet de trottiner. S'ensuit une belle descente, rapide sur grand chemin, où je me régale, drapeau et cheveux au vent, en dépassant plusieurs concurrents. Ah, les jambes roulent toutes seules, quel plaisir...!

Déjà le 2e ravito! Je zappe aussi. Emporté dans mon élan (il est au bas de la belle descente...), je m'engouffre à doite à la poursuite des quatre qui sont devant moi, quant j'entends crier mon prénom à plusieurs reprises. Finalement, je me retourne et vois Romain, que j'avais doublé peu de temps avant dans la descente, qui s'époumonne à mon encontre. En fait, je m'embarquais sur le 14km, et non le 25. Heureusement qu'il était là, sinon, j'aurais raccourci sérieusement mon parcours, à mon grand dam ! En fait, c'est par mon drapeau qu'il m'a aperçu de loin...Merci Romain!!

Mais cette petite erreur m'a un peu coupé les jambes et il me faudra un bon km pour retrouver mon allure. Bon, allez ça repart de plus belle. Un peu de découvert, et une longue montée, à plusieurs niveaux de difficulté, que j'aborde sagement mais avec régularité (sans marcher !!), ce qui me vaut d'encore rattraper et doubler. Un peu de plat pour relancer, puis un joli single-track, une belle descente en lacet (YES !!),

et nous abordons la petite route où Céline avait bien failli se casser une jambe l'année dernière (voir compte-rendu 2012).

Nous voilà (déjà !!) au dernier ravitaillement, soit plus que 5 km à boucler.
Mon allure est bonne, je n'ai pas chômé, les cuisses commencent un peu à "tirer". Petit sentier le long d'une voie ferrée, puis une belle côte qui me fera un peu souffrir.

Là, ça y est je marche et accuse un peu le coup ...Françoise (une "Trévire") me rattrappe et nous décidons de terminer ensemble. S'ensuit une autre belle descente en lacet bien agréable qui me permet de relancer un peu.

Nous rejoignons la petite route avec le château d'arrivée en point de mire, sur le sommet de la colline à notre droite. Passage sur le ruisseau (non gelé cette année), puis le petit tunnel-ruisseau sous le chemin de fer, pour terminer par une belle montée en paliers, quelques escaliers ...



... et nous voilà face à l'arche d'arrivée...Ah ben, non, elle a disparu aussi (décidément, c'est bien la crise ici !!). Juste une tonnelle, le chrono et un thé chaud qui fera grand bien.

OUF, il était temps d'arriver, mes cuisses sont en feu sur la dernière ascension. Il ne reste plus qu'à redescendre tranquillement le village jusqu'à la salle, sans trop se refroidir, pour profiter d'une douche bien chaude et salutaire.

Si je pense avoir bien tourné, Céline tire bien son épingle du jeu en arrivant seulement 18 min derrière, en ayant perdu au moins 5 min à déployer ses nouveaux bâtons pour aborder les derniers km, soit presque 25 min de moins que l'an passé ! Bravo....J'aurai bientôt du souci à me faire :-)) !!


Petit regroupement des "belges" autour d'une bonne table, avec un bon potage chaud, un café et ... une bonne bière! Ah non ? Cette fois, la bière sera légèrement mise à l'écart, la qualité n'étant toujours pas au rendez-vous ...Qui a dit "C'est la crise" ???


Résultat : 70e/121 - 02:39:20
Céline = 105e - 02:57:35

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Très beau reportage , cela donne envie de participer.Bravo!

Philippe Cornet (Trévire) a dit…

Merci Bernard, tes CR sont toujours aussi agréables à lire ...

Mathieu Galerin a dit…

Beau compte rendu comme d'habitude... Merci pour le récit et autre bavardage d'après course... Au plaisir de se recroiser à un Trail ou une AL de gaume.