+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

mardi 9 avril 2013

• Décathlon Crêtes de SPA


http://www.cretesdespa.be

Samedi 30 mars 2013
21 km

Parcours à travers les chemins et forêt de la région spadoise avec une incursion fantastique sur le plateau des Fagnes. Dénivellés important.






Ma dernière participation à cette course remonte à 2007, dans le cadre du challenge Delhalle (courue alors en 01h 56'). A l'époque, on ne parlait pas encore de "trail" dans nos régions, mais plutôt de "course nature". Aujourd'hui, on peut honnêtement la classer parmi les trails, avec ses quelques passages tortueux et ses montées, dont la célèbre "piste de ski".

Cela faisait 2 ou 3 ans qu'on évoquait à nouveau le nom de cette course à refaire. Ce fut donc pour cette année. Et grosse nouveauté, elle se complète par un trail de 55 km. Mais cette fois, nous nous limitons à la petite distance, juste en "entraînement de maintien", comme on dit...

Direction SPA, LA ville belge des thermes par excellence ! D'ailleurs ne dit-on pas familièrement "un spa" pour un établissement thermal ?? Une bonne centaine de km, sous le soleil, mais plus on se rapproche, plus cela se couvre. Et ne parlons pas de la température qui reste polaire, avec un blizzard à vous congeler. Alors que d'autres éditions se sont courues sous la chaleur...Maudit hiver qui se traîne...

Le rituel retrait des dossards, dépôt des sacs coureurs..et attente à l'abri dans la salle. Il tombe un fin grésil de neige...



12h50, il va bien falloir y aller, le départ est à 13h05 !
Groupés sur la piste d'athlétisme, blottis parmi les quelques 1800 partants, à l'abri du vent, avec un air de cornemuse.




C'est parti !! Enfin, devant en tout cas, car ça bouchonne pire qu'un départ de marathon !

D'abord en descente, puis à plat pour rejoindre la ville et en traverser une partie, passage devant le célèbre casino, puis via le passage à niveau (ouf, pas de train !!).




Une petite montée pour se mettre à température, avant d'attaquer un peu plus loin la première difficulté, mais toujours sur route, belle montée régulière, assez longue. Je prends les devants, Céline continue à prendre gentiment son rythme.

Ensuite, nous quittons le macadam pour -enfin- plonger dans les chemins forestiers. Là, de gros restes de neige et glace nous attendent de pieds fermes...plus fermes que les nôtres qui cherchent désespérément du grip !!


Plusieurs successions de chemins en montée progressive, en pente douce mais interminable, entrecoupées de petits paliers, pour nous amener à la deuxième grosse difficulté, la piste de ski. Avec en prime le "trophée des grimpeurs" pour les plus véloces et les plus costauds. Ce ne sera pas pour moi...avec mes pauses photos, c'est raté d'avance :-)
Mais cette montée qui m'avait semblé terrible la dernière fois, m'apparaît toute relative et plus douce. Est-ce du à mes passages en montagne entretemps, qui fait bien relativiser les choses ensuite ?? Probablement...Rien à voir avec Courmayeur....!








Bref, mis à part la dernière section plus raide, la piste est facilement franchie, et ça relance de plus belle juste après. Quel plaisir! Il faut juste rester concentré et bien décortiquer le terrain pour poser le pied là où il faut.
Plus loin, nous abordons le plateau des Fagnes, où nous sommes généralement accueilli par des étendues de boues et marécages. Ce sera cette fois des traces étroites durcies, enneigées et verglacées. Une toute autre gestion...pas évident de doubler, il faut se résoudre à suivre...



Le belvédère indique le point culminant. Il s'ensuit donc des descentes sur terrain très accidenté, quelques relances plus stables (un peu de route), et de nouveau de belles descentes, jusqu'à la troisième difficulté, une montée régulière en single-track en forêt, la dernière, abordée sagement.




La longue descente vers le stade est assez technique, amusante. Mais vu l'état du terrain et la concentration constante que cela requiert, je ferai juste la photo qui abodre cette section, pour ensuite bien profiter et me faire plaisir un maximum ! Ca "vole" bien !!

Et déjà (ben oui...21 km c'est court :-)) nous abordons la dernière ligne droite sur le stade, sous les acclamations du public, c'est sympa et ça donne des ailes. C'est donc en sprintant que je parcours ces quelques centaines de mètres pour passer sous l'arche à 02h04'.




Avec le décompte de la puce du temps mis à passer sur la ligne de départ, cela doit m'amener sous la barre des 2h. OUF, tout juste, en fait...
Et, bien que je pense avoir réalisé une bonne course, je ne concède que 5 bonne minutes à Céline. Ca doit être mes arrêts photos....et la condition ascentionnelle de ma traileuse ;-)


Le plus dur sera à venir : la récupération de nos sacs coureurs, dans le froid, longue file d'attente, manque d'organisation. Pffff.....ça caille ! Allez, hop, une douche ....à peine chaude. Re-Pfffffff !!



Bon, journée positive et bon entraînement. Et de la pub faite pour notre prochain trail...

Résultat : 1:59:34 - 820e/1745
Céline : 1065e - 2:05:53


Aucun commentaire: