+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

dimanche 11 mai 2014

• La Bouillonnante


http://www.la-bouillonnante.org/

Samedi 03 mai 2014

                                                                 56 km - 2400mD+

Autour des méandres de la Semois

C'est très rarement plat.....

Le plus beau trail de Belgique, à deux pas de chez nous, ce serait dommage de s'en priver.
Au cœur du plus ancien et plus intéressant vestige de la féodalité en Belgique, dont les origines des premières fortifications remonteraient au VIIIe siècle. Il fut immortalisé par Godefroid, chef de la première croisade (1096) et Avoué du Saint-Sépulcre. Nous allons courir dans ses traces, en tous cas dès les premiers mètres, puisque le départ a lieu dans la cour principale de ce joyau !
Et tout cela dans un écrin de verdure et les contreforts de la vallée de la Semois !

Je le vend bien, n'est-ce-pas ? Je pense à me faire rétribuer...:-)

Déjà fait en 2009 (25 km en 3:36:37), 2011 (54km, avorté au 40e) et 2012 (24 km, 03:22:33).
Cette année, je retente le long, en espérant le boucler cette fois ! 
La météo s'annonce bonne, mais même sous la pluie, ce parcours reste superbe (mais encore plus technique).
Côté forme...on verra. Je sais que je manque d’entraînement, même si deux gros trails ont déjà été bouclé, entre les coups, je n'ai quasi pas eu le temps de salir mes baskets.

Comme d'hab, il y a du monde. On retrouve les potes et connaissances. Retrait des dossards, notre "selfie" traditionnel d'avant course, s'équiper et rejoindre la cour de Godefroid.



On ne peut plus ambiance château-fort !!

08h45 : briefing ( qui manque de bonne sono, comme d'hab, donc on n'entend pas la moitié des recommandations...).

09h00: départ de masse des deux distances 56 et 35 km. Le choix de la distance se fera au 18e km...Peut-être pas la meilleure chose, car ça va bouchonner dans les premières difficultés. Deux départs différents me sembleraient plus adaptés.
Petite modification : nous passons par la ville avant de rejoindre la route vers le camping, via le tunnel.

Ah, ..... ça va être difficile de doubler..

Les grands au milieu :-)

Le pont levis est baissé : à l'assaut !!!

 
Comme prévu, ça bouchonne à la première montée, après le camping, à peine 2 km du départ. On prend son mal en patience, il reste suffisamment de distance (et de difficultés) pour se faire plaisir.


Je roule cool Raoul, le but étant de boucler la distance, sans plus...
Ca "vallonne" pas mal jusqu'à Corbion,de beaux "single", points de vue et autres escaliers métalliques, vers les Crêtes de Frahan et ce superbe village classé, un des plus beaux point de vue de Wallonie.  Belle descente technique pour aborder l'entrée du village.
En joélette sur 56 km : chapeau !!

Des vues comme ça, il y en a pas mal !




Premier ravitaillement et premier passage (eh oui, ici on y repassera plus tard...), je ne traîne pas. Juste après le pont, on bifurque à gauche vers la grande boucle.

 
Pour faire court, encore de beaux passages en single, crête..Puis on attaque la partie "longue et rapide". Quelques km de chemins plus roulants, plats ou faux-plats et un peu plus monotones. Et c'est bizarrement cette portion, sans grosse difficulté, qui sera mon handicap. Une position trop longtemps tenue me vaudra ce maudit mal de dos qui me revient souvent. Je le traînerai ainsi pratiquement tout le reste du parcours.



Pas 56 km de chemins comme ça : au secours !!

 
Ne supportant pas la douleur (eh oui, pas chochotte, mais c'est un réel problème chez moi...), je lève le pied, essaie de penser à autre chose, jusqu'au prochain ravito, à Mouzaive, km 27.

 
Là, j'en profite pour me reposer un peu, prendre un anti-douleur et bien m'alimenter. Je sais que juste après, le terrain est à nouveau plus technique, ce qui m'arrange mieux.
10 bonnes minutes et Céline me rejoint. Nous repartirons ensemble. Je sors mes bâtons, qui m'aideront bien pour la suite.

Je ne force pas en montée et profite des descentes pour récupérer un peu de temps. Céline roule bien, j'ai un peu de mal à la suivre sur les portions longues. A nouveau quelques beaux passages, qui soulagent mon dos et mon moral. Puis à nouveau du long plat le long de la Semois jusqu'à Frahan, que nous abordons par le bas cette fois.

Ca c'est bien .....

.....et ça moins bien :-)

Troisième ravitaillement, km 43. Je rejoins Céline (et Romain, Palix...). C'est ici précisément que j'avais abandonné lors de ma précédente tentative (avec Romain, justement !!).
 "Bon, cette fois, les gars, on continue !! ", lançais-je à mes deux gaillards...

Romain, Céline

Coucou les heureux kayakistes......

Et avec une belle motivation, malgré mon mal de dos qui s'accroche (et quelques alertes crampes...aïe, aïe..), car je sais que cette dernière partie est la plus technique et "amusante", pour m'y être régalé sur le parcours du 25 km.

Deuxième passage sur le même pont, pour cette fois virer à droite, vers....THE WALL !! Belle montée vers Rochehaut, 150mD+ sur 600m en terminant par un passage en rochers. La section est chronométrée, mais je doute y faire un "temps" :-)


A l'arraché, avec les mains...

Nous voilà avertis !


 Juste après, c'est le "chemin des échelles". Un vrai régal, que du single track et du dénivelé, j'en oublie mon dos et me fait plaisir, tout en étant un peu sur la réserve (si je pouvais éviter les crampes...). Céline a pris de la distance, je ne la reverrai plus... Un deuxième "mur", moins long mais tout aussi raide (voir plus), en caillasse (ça me rappelle le Ventoux...) me fera pas mal ralentir. je me vois contraint de souffler un peu à mi-ascension. Ouf !

Coucou, c'est moi.....!


Voilà le dernier ravitaillement (liquide) à Botassart, une magnifique vue sur le célèbre "Tombeau du Géant", formé par une boucle de la Semois. (Oups, j'en ai oublié de faire une photo.....mais je vous en ai trouvé une ....).



Un peu de récup...et un bon Coca. "Allez, encore un autre avant de repartir !"
Pas de passage pour aborder ce Tombeau, il faut franchir la rivière par un premier passage à gué. L'eau n'est pas très chaude, mais c'est le tout d'entrer dedans...Jusqu'à la taille vers le milieu.

 S'ensuit un beau chemin en montée régulière. Je m'y retrouve seul et un peu déconcentré. A quelques centaines de mètres du sommet, je n'aperçois plus de rubalise. Je monte encore un peu....puis me fais une raison : je suis allé trop loin, il faut faire demi-tour. Eh oui, 300m plus bas, j'ai loupé une bifurcation pourtant bien indiquée. Bon peu de temps de perdu en fin de compte, et un beau passage en prime, par un petit sentier en balcon, puis en descente vers le deuxième passage à gué. Moins profond celui-là.
Mon mal de dos s'est quelque peu dissipé dans ces parties techniques, ce qui me permet d'y prendre plaisir.
ça refroidit les muscles, mais ça fait du bien...
Il ne "reste plus qu'à" monter vers le belvédère, que l'on aborde un peu plus sur la droite, avec une belle vue sur l'abbaye de Cordemois au passage,

et redescendre en une seule fois, raide, vers le pont qui marque l'entrée de la cité, avec une belle vue sur cette énorme fortification médiévale. Rejoindre le chemin arrière du château, pour effectuer l'ascension via les escaliers, sous les acclamations de ma Céline et du public encore nombreux (ben oui, ça fait quand même un peu plus de 08h30 que je suis en course !). Ca motive et soulage les jambes à quelques dizaines de mètres de l'arche salvatrice !!! Bel accueil à l'intérieur des amis qui m'attendent....avec une bonne bière !



OUF !! Plus de temps qu'estimé, mais j'ai limité les dégâts : les crampes ne se sont pas manifestées, le mal de dos s'est limité et j'ai enfin bouclé ce long trail de Bouillon !!

Un tout grand Bravo à Céline qui m'a mis 40 min dans la vue. Belle progression !!

Résultat : 08:44:47 - 383e/476 classés
Céline : 08:03:44 - 284e


3 commentaires:

Christophe Clausse a dit…

Très beau compte-rendu Bernard, tout a été dit.
Vivement l'an prochain (les crampes en moins!!!)

Christian Huberty a dit…

J'ai l'impression de revivre cette superbe journée quand je lis ce reportage ! Bravo pour ce compte-rendu mais qui va attirer encore plus de monde :)

Bernard a dit…

Merci les gars !
Christophe : bravo pour ton très bon temps sur ce premier long !!
Christian : pour le monde, ils n'auront qu'à être au RDV pour les inscriptions !!