+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

mardi 5 mai 2015

• La Bouillonnante, Bouillon (B)


http://www.la-bouillonnante.org/

Samedi 25 avril 2015

35 km - 1600m D+

 Ma 4e participation à Bouillon, cette fois je tente la distance intermédiaire, pas encore faite.
Le 104 km du 10e anniversaire n'est pas à ma portée maintenant; manque de préparation. Pas de regrets....
2 fois sous la pluie et une fois en pleine chaleur. Cette année, ce sera...la pluie intermittente et la douceur.
Dossards, matos, copains...je vous passe les détails habituels..



 Céline s'embarque sur le 56, elle s'est préparée spécialement pour. Elle démarrera devant afin d'éviter au maximum les bouchons traditionnels.
Départ dans la cour du château pour tout le monde, même ceux qui pensent gagner un peu de temps en démarrant juste après le pont-levis. Cette année, le tapis des puces est placé juste à l'entrée du tunnel.


Mais apparemment, tout le monde ne l'a pas compris : le premier départ à l'heure prévue ne nous fera faire que ....2 mètres et puis plus rien. "Cette année, les participants aux 35 et 56 kilomètres étaient invités à pénétrer à l'intérieur du château et à franchir le tapis de chronométrage sous peine de ne pas être chronométrés.  C'était l'intention des organisateurs. Mais dans les faits, faire entrer près de 1000 coureurs dans la cour du château était impossible. Si bien que ce départ de cette dixième Bouillonnante a été complètement raté avec des coureurs bloqués dans les deux sens dans le souterrain pour pénétrer dans la cour. Une belle pagaille au départ" expliqueront plus tard les organisateurs.
Bref, ce n'est que 10 minutes plus tard que le vrai départ est finalement donné.

Comme d'habitude, je me retrouve en plein peloton, mais qu'importe, les premiers bouchons m'éviteront de démarrer trop vite. Et puis j'ai la chance de partir en compagnie de Kilian ;-)

La pluie est fine et le terrain est légèrement gras, ce n'est pas dérangeant. Les 12 premiers km restent inchangés par rapport aux autres éditions: direction le camping, le premier bouchon à la première côte, descente en lacest jusqu'au ruisseau, puis longue montée régulière jusqu'au village de Corbion. Ensuite un peu de route, puis long chemin roulant, et une belle descente qui nous amène au pied du chemin des Crêtes de Frahan. Passages techniques, singles et escaliers métalliques s'enchaînent avec plaisir. De nouveau un bouchon au sommet des crêtes sur une plaque de schiste technique et glissante.




Et tout cela nous dirige sur Frahan et le premier ravitaillement.
Cette première section m'est maintenant bien connue et  passe très bien, sans soucis particulier.

(pour les photos de cette première section, voir l'édition 2009 et 2014)
 
Ensuite, on bifurque à gauche vers le 56 km. Partie connue également, avec de beaux passages en sentiers et rochers, pour laisser ensuite la place à quelques passages plus roulants.
Km 19, c'est la séparation 56-35, et on peut encore choisir sa distance. Je me sens bien mais ne déroge pas à mon choix : je bifurque raisonnablement sur le 35 km...

 A peine 5 km me seront finalement inconnus. Nous empruntons des chemins plutôt roulants, entrecoupés par une descente technique pas très longue, pour finalement remonter en pente douce jusqu'au départ de la  "promenade des échelles", là où aboutit le fameux "mur" emprunté par les parcours 56 et 25 km. Nous, nous en sommes dispensés :-)







Et c'est parti pour la promenade des échelles .....:-)

Cette dernière section m'est donc bien connue aussi et vu ma forme encore bien présente, je sais que je vais me régaler ! Et c'est parti pour des descentes en single-track techniques et sinueux à souhait. Et le fatidique embouteillage au pied des échelles. Mais une alternative a été mise en place, via le talus adjacent et les cordes. Je n'hésite pas une seconde et plonge, d'abord via la corde, puis à côté en glissade sur les talons, pour récupérer la corde en fin de descente pour me freiner. Dans l’exercice, j'en ai doublé quelques-uns... Plus loin, on contourne l'échelle via le bord du précipice, passer sous un arbre et escalader le cocher qui suit. Sujets au vertige s'abstenir ! Et ça relance de plus belle jusqu'à la suivante. Puis, c'est le second "mur", moins long mais tout aussi raide. C'est la queue-leu-leu via la corde, je décide donc de passer légèrement à gauche, là où le terrain est moins remué et l'accroche bien meilleure, ce qui me permet de monter plus vite et de doubler. Je sens que derrière on m'imite ....

Une dernière montée douce nous amène au ravitaillement de Botassart, avec vue sur le "Tombeau du Géant". Pause courte, un peu de coca, et je plonge par plaisir dans la descente en sentier jusqu'au premier passage à gué. Là, je rigole moins, de l'eau -froide (brrrr)- jusqu'à la ceinture par endroit.

Ensuite il faut relancer les muscles refroidis, d'abord un peu à plat, puis en montée. Un peu de technique et nous arrivons assez rapidement au....2e gué. Bouhhhhh, pour moi c'est moins gai....


De nouveaux refroidir les muscles...Je ne suis pas à mon aise, tendu, et failli tomber. En me rattrapant après je-ne-sais-quoi-de-je-ne-sais-où (ah, oui, merci le concurrent qui me suit du coup de main salutaire...). Mais en me crispant, je me cogne le genou sur un petit rocher, pivote sur moi-même avec  le pied de travers...Pfffff ....Enfin la berge ! Dur, dur la relance.....J'étais tellement crispé que je suis au bord des crampes! Bon sang, à peine à 3-4 km de l'arrivée....2 pastilles "sporténine", me détendre et un peu plus loin cela va déjà beaucoup mieux. J'attaque la montée du belvédère (wouahh, la dernière !!) et ensuite, c'est plein gaz en descente rapide (un régal...) vers le pont de la Semois qui marque l'entrée dans Bouillon, mais aussi la montée finale vers l'esplanade du château, avec les nombreux encouragements du public. La dernière relance vers le podium d'arrivée !


(pour les photos de cette dernière section, voir l'édition 2012)

Et en voilà fini avec une belle édition pour moi, sans bobos et que du plaisir !! Et 04h55 à mon chrono, bien content !!
Il ne me reste plus qu'à attendre ..... Kilian (16 ans !!),  que j'ai perdu quelque part après le 20e km environ. Je ne devrai pas attendre très longtemps, il arrive en relativement bonne forme, freiné par quelques crampes d'estomac...et des pause photos d'admirateurs...de son dossard !! Si, si ,véridique !!

Plus qu'à attendre ma Céline...Voir l'arrivée de quelques connaissances, une bonne douche bien chaude (quel bonheur !!), une (non, deux, vous avez raison...) bières, un pain-saucisse,.....
Et que le temps passe vite, Céline est annoncée bientôt. Je me poste dans les escaliers d'accès au château. L'attente ne sera pas très longue, la voilà qui se pointe, avec le sourire et la satisfaction du devoir (plaisir...) accompli : objectif atteint, que du bonheur !! Une belle revanche sur le trail précédent "Au Fil du Bocq"
Même pas fatiguée......allez, si, mais juste un peu :-)
Ma seule déception viendra de la consultation des résultats le lendemain : 05h04. QUOI ?? Non, j'étais sous les 5h, moi !!!
Explication le jour suivant : "Pagaille à l'arrivée. Finalement, on ne savait plus très bien qui avait gagné, avec ce faux départ" avouerons les organisateurs. En fait, donc, le temps du faux-départ n'a pas été décompté et il faut retirer entre 6 et 10min suivant le moment d'arrivée, est-il précisé sur Facebook.
BINGO: je suis donc bien sous les 5h !!!!

Autre point noir sujet à discorde : les price-money offerts aux vainqueurs.
"Pour la première fois, de l'argent était remis aux premiers de chaque catégorie... L'idée étant d'attirer des sportifs étrangers. Très franchement, le plateau n'était pas plus relevé que les précédentes éditions. Et cette pratique est évidemment contraire à l'esprit du trail. Du moins actuellement. Cette initiative sera évaluée lors du débriefing. Mais côté traileurs, il y a une unanimité pour ne pas entrer dans cette spirale", confie Patrick Van Gasse, organisateur, dans le journal....

Quant au 104 km, le parcours a séduit les pratiquants.
"Pour son dixième anniversaire, les organisateurs de la Bouillonnante ont ajouté un 100 km à la belle brochette de courses déjà mises en place (56, 35, 24, 13 km). Une belle initiative saluée par la plupart des participants. Sur 316 inscrits, ils étaient finalement 276 à prendre le départ vendredi soir à minuit dans le château de Bouillon, dans une superbe ambiance de nuit. 100 kilomètres plus tard, ils étaient 196 à franchir la ligne d'arrivée. Très peu d'abandons finalement sur pareille distance. "Mais organiser un 100 km balisé demande beaucoup trop d'efforts. Il n'y aura plus de 100 km l'année prochaine" affirme également Patrick Van Gasse.

Dommage que ces petits "couaks" sont venus émaillés cette édition spéciale 10e anniversaire.
Mais La Bouillonnante restera toujours un des plus beaux et plus durs trail de Belgique !!

Résultat : (05:04:16)- 04:55 - 220e/595 classés - 16e/62 V2
Céline :( 07:50:48) 07:43 - 116e/328- 2e/12 V1F


Aucun commentaire: