+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

vendredi 3 juillet 2015

• Ardennes Méga Trail, Hautes Rivières (F)


http://www.ardennes-megatrail.com

Samedi 27 juin 2015

Roc-la-Tour  54 km - 2800m D+






Il y a 3 semaines, nous étions en Ardèche, sur la Chaussée des Géants, pour ce qui devait être, pour nous en tous cas, une "rando-course-découverte". Nous étions loin de nous douter de ce qui nous attendait .....(voir La Chaussée des Géants). Il est clair que nous n'avons pas entièrement récupéré nos capacités à l'heure d'entamer cet Ardennes Méga Trail, même si ce n'est "que" le Roc-la-Tour !!
Tout cela est-il bien raisonnable après tout ....????
La grosse particularité de cette épreuve est également (et surtout probablement ...) l'autonomie alimentaire totale (sauf l'eau évidemment, sinon il faudrait une citerne sur le dos...) qu'il faut gérer en plus du dénivelé très exigeant.

Sur place la veille, sous tente, nous essuyons un bel orage en pleine nuit. Rares ont donc été les concurrents ayant passé une bonne nuit. 2h de sommeil tout au plus....
Sur pieds dès 03h30, petit déj et digestion obligent, pour "attaquer" dès 05h.

L'orage est passé, la température est plus que clémente, mais l'air est moite et lourd, ciel couvert.

Départs communs pour les 2 distances, cela fait pas mal de monde à étirer sur de courtes distances avant d'attaquer la première difficulté. Résultat : le traditionnel bouchon de début de course. On peste un peu.....On aurait du se placer plus en avant du peloton. C'est sûr, sur le prochain trail, on ne se fera plus avoir.....On s'énerve, on double, on monte le cardio, pas bon tout ça....
Honnêtement, 2 départs séparés par une paire d'heures serait le bienvenu ....Organisateurs, si vous me lisez...;-)
Malgré la grosse averse, le terrain n'est que très peu mouillé, se déroulant beaucoup à couvert de cette luxuriante végétation ardennaise.

La première partie de course, jusqu'au 2e ravitaillement à Bogny au km 26, soit la mi-course, se déroule sans soucis. Bonnes sensations, moral au top, dans ma moyenne horaire me permettant de passer sans soucis la barrière horaire. Céline a eu quelques difficultés à se mettre dans la course, mais là, elle a pris son rythme et repart sans tarder.

Le ciel se dégage, le soleil est plus généreux, la chaleur monte, l'ai est chaud.



Nous franchissons encore une belle butte, le tunnel, et dans la grosse montée suivante, Céline me prend peu à peu de la distance.
J'éprouve quelques difficultés à suivre ..... Rapidement, les alertes "crampes" se pointent.
 "Bon Dieu, c'est pas vrai....Déjà....Encore....Si tôt ...."  Je peste sur mon corps qui se rebelle.....
S'ensuit rapidement un début de fringale....Je gère mal mon alimentation....La récupération attendue n'arrivera pas. Les crampes se multiplient, mollets, cuisses, m'obligeant à fortement ralentir mon allure. C'est le début d'une grosse galère.
Km 30, descente sur Monthermé, j'essaie de récupérer un peu ....


Le versant opposé sera très dur, long et pénible. Montée d'abord en escaliers, puis long cheminement en sous-bois et ardu. Je serai obligé d'effectuer 2 pauses pour pouvoir atteindre le sommet....
Pfffff, je n'en peux plus... Je revois les images de Belfort où pareille situation m'avait valu un abandon au sommet.
Je me traîne ainsi jusqu'au prochain ravito, au km 35, où je me suis mis en tête d'arrêter là cette course qui n'en est plus une pour moi, à ce moment....Je profite alors d'un superbe point de vue et de son banc bien accueillant :-)

Un ange passe .... Suis-je déjà au Paradis ...;-)   Oui, bon...avec un peu d'imagination....
carte postale .....

Km 34, séparation des parcours. j'hésite, je ne sais plus ....93, 54 ....Oui, non, gauche, droite ???? Droite...cette année, c'est 54...Combien ???   .....54 ! Pffffff......

"Bravo, 500 m pour le ravito", me lance un bénévole.
"500 mètres..." Pour moi qui peine à mettre un pied devant l'autre, quasi mètre après mètre, les jambes parcourues de crampes, 500 mètres me semble interminable....
Enfin !! LE ravito salutaire.


Y'a du monde, de l'ombre, des bancs...on n'est pas bien ici ???

Je me pose sur un banc, me libère de mon sac à dos, et réfléchis....D'abord m'alimenter, souffler, récupérer ....J'autopsie du regard les concurrents qui repartent, et ceux qui arrivent après moi ....Plus ou moins marqués, ils repartent malgré tout l'un après l'autre...Hommes ou femmes.... Vais-je être le seul à abandonner ici ????  Je consulte à 3 ou 4 reprises mon profil de course : il reste encore 20 bornes avec 3 grosses difficultés....Pffffffff......


"Allez, reprends-toi..." Je fouille ma pharmacie de bord : et hop, un anti-douleur, et hop 2 pastilles homéopathiques anti-crampes. Encore 10 min de pause afin que l'effet commence à se faire sentir. Cela fait 25min que je suis là, il faut prendre une décision .... Je me relève, enfile mon sac .....et repars. Doucement, en descente cela ne va pas trop mal...Si dans 2km la galère recommence, je ferai demi-tour.....
Les 2 km passent allègrement, puis d'autres, et déjà 5 ....puis 8. Les montées me semblent moins dures, les descentes se prennent bien et le plaisir revient....Je redouble un(e) à un(e) les concurrent(e)s repartis avant moi du 35e, une dizaine environ. C'est motivant. Déjà se pointe le dernier ravito, km 47. Cette fois, c'est certain, je verrai le bout.
Céline me contacte, elle vient de terminer en un peu plus de 09h....J'en aurai encore pour une bonne 01h30 ....
La montée-descente finale, je l'ai bien en tête, des éditions précédentes. J'aborde sagement la dernière grosse côte, et me régale dans les descentes finales entrecoupées de plusieurs "bosses" rocheuses.
La sono d'arrivée est de plus en plus audible, quelques applaudissements..La traversée de la Semoy, j'en profite pour bien refroidir la mécanique....Céline m'attend sur l'autre rive....
Tout sourire et hyper content d'en arriver là, je ne m'arrêterai de courir qu'une fois cette satanée ligne d'arrivée franchie !!!!


BINGO !!!! Et peu importe le temps mis....Mais encore bien dans la limite horaire. Ma victoire aura été celle sur mon corps et ma capacité mentale et physique à repartir de là où j'avais admis un moment d'abandonner !!


Pour les photos du parcours, voir l'édition 2014, à quelques petites variantes près.

Résultat : 10:35:41 - 213e/254 classés
Céline : 09:07:11 - 117e - 5e Dames -  2e SEN.F 


Aucun commentaire: