+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

samedi 2 juillet 2016

▪ Marathon du Mont-Blanc (Chamonix-F)


Dimanche 26 juin 2016

42 km - 2730m D+

 
Grosse sortie en famille (la première fois !) pour ce week-end au pied du Mont-Blanc : nous serons présents sur quasi toutes les courses, 80km, marathon 42km, cross 23km et mini-cross 2 et 3 km. Céline est inscrite à la fois sur le 80 (vendredi) et le 23 km (samedi) après avoir été recalée sur le 42 (suite à une erreur tactique lors de la semaine des inscriptions, je vous passe les détails...). Moi-même suis sur le 42km (dimanche) alors que j'aurais aimé faire le 80. Enzo (10ans) et Inès (14ans) sont respectivement sur le mini-cross 2 et 3km (samedi). Programme chargé donc ....
 
Nous prenons la route le mercredi dès la fin de l'école, pour arriver, après une route tranquille via la Suisse, en fin de soirée.
 
Jeudi 23 juin.
Direction retrait des dossards. Découverte pour les enfants de cette démarche particulière ici, avec le contrôle des sacs. Chacun relève son numéro de dossard sur les listes et va retirer le sien.
 
 
 
 

 
La météo est au beau fixe, soleil et chaleur nous font grand bien. Nous retrouvons nos amis Fred et Kilian (eh non....pas Jornet...dommage :-). Fred inscrit aussi sur le 80; Kilian va pouvoir bénéficier du dossard du 23km (il s'appellera juste "Céline" pour l'occasion), puisque Céline a choisi de courir le 80. Ainsi tout le monde en aura pour ses... baskets... Ensuite visite du village-trail.
 
Fred et Kilian
 
 
 
Retour à l'appart pour du repos bien mérité avant les courses, surtout pour Céline qui démarre le lendemain à 04h du mat ...Eh oui, les enfants, va falloir se coucher tôt....
 
Confirmation de la modification de parcours du 80km : "Tête de Bellachat/Brévent (2 525 m) /Planpraz : neige permanente. Traversée Flégère/Tête au Vent (2 110 m): névés résiduels. Le col de la Terrasse (2 648 m) est enneigé quasiment depuis Loriaz (2 020 m), il est donc décidé de ne pas franchir ce col et d'atteindre le barrage d'Emosson (1 920 m) en redescendant de Loriaz en direction de Vallorcine puis de remonter au col du Passet.
L'accès à la tête de l'Arolette (2 333 m) n'est pas possible à cause d'un très long névé déversant. Peu avant l'alpage de Catogne les trailers prendront sur la droite en direction du sommet du téléski du Plan des Reines.
Sur la fin du parcours l'accès au refuge du plan de l'Aiguille (2 233 m) est jugé trop dangereux du fait de nombreux névés déversants, d'autant plus que de nombreux coureurs réalisent cette section de nuit.
Il est donc prévu que les coureurs descendront sur Chamonix en passant par les alpages de Blaitière
."
Pfff...le profil n'est donc plus vraiment d'actualité et les temps de passage n'ont pas été adaptés...
 
 
Vendredi 24 juin : 80 km, Céline.
 
 
Le réveil a sonné très tôt, les yeux s'écarquillent péniblement. Tout le monde est présent pour accompagner "maman" au départ. Le temps est doux, et la journée s'annonce chaude, voire très chaude, avec possibilité orageuse en soirée. Ma consigne est claire : ne pas se mettre dans le rouge et savoir s'arrêter en temps voulu en cas de difficulté, afin de ne pas mettre en péril la TDS (120km) qui nous attend fin août et qui est notre défi de l'année.
L'attente ne sera pas trop longue et nous sommes vite à quelques minutes de l'heure fatidique.
04h00, c'est parti. Les premiers partent comme des fusées...
"Allez courage et déjà bravo !! A tantôt !!"  
 
 
 
 
 
Oui, à tantôt, car nous allons essayer d'être présent sur plusieurs points de passage...
Après un retour case départ pour prolonger un peu la nuit (2h de sommeil en plus pour les jeunes afin de les faire tenir le plus longtemps possible...), petit-déj et c'est parti pour une longue journée.
 
Notre première étape : col des Montets. J'ai estimé le passage de Céline vers 10h00. Mais il s'avère que les premiers ont déjà pris 30min de retard à cet endroit. Mince... Fred arrive à 08h40, déjà bien marqué et pas très en forme ("envie de vomir et des vertiges..")...
 
 
 
Nous attendrons encore un bon moment, à scruter la descente de la Tête aux Vents pour apercevoir notre traileuse "en rouge et gris, casquette rouge".
10h30 : un petit point qui descend vite, la voilà !!...Avec le sourire, ça se passe bien. "Sauf le passage dans la neige, j'ai pas trop aimé..."
 
 
 
Allez, ravitaillement au Buet dans env 15 min.
Hop, embarquement en voiture, direction Le Buet, 3km plus loin. Nous la retrouvons assez vite, il fait déjà bien chaud !! Barrière horaire à 11h00, il est 10h52 quand elle repart, après un petit ravito complet et une bonne couche de crème solaire!!
 
 
 
 
C'est bon, on repart aussi, direction Châtelard-village. Là, nous avons du temps, passage estimé vers 14h30 (12h30 pour Fred). Nous sommes sur place vers 11h30. Il n'y a plus qu'à attendre, attendre et attendre encore......
Se trouve à cet endroit un contrôle des sacs (veste, couverture survie, frontale et piles).
 
STOP !! Contrôle !
 
Ce qui nous donne un passe-temps, nous avons bien le temps de voir arriver les coureurs et les encourager pour la suite. Sauf les quelques malheureux qui se verront recalés pour matériel non présent on non conforme: c'est l'exclusion !!. N'ayant pas d'accès à Internet (ben non, je ne suis pas encore passé au smartphone et autre gadget de ce style....), nous entrons en contact avec Anne (l'épouse de Fred) restée en Belgique, qui nous donne quelques nouvelles : Fred a perdu plus d'1h vers Emosson et on n'en sait pas plus pour Céline après Loriaz...Un peu d'inquiétude ... Le temps passe (et les enfants sont très patients, je l'avoue...). Nous montons à plusieurs reprises sur le chemin sur quelques centaines de mètres, en lacets, afin que les jeunes se rendent bien compte ce qu'est un "chemin de montagne"....
 
Fred arrive !! Il est 14h25..Ben dis donc... "C'est très dur, montée infernale vers le barrage, trop chaud et pas d'air".
 
 
Pauvre Céline, elle doit bien souffrir... Encore 1h de passée, pas de nouvelles....Finalement, Anne nous confirmera son passage au barrage d'Emosson à 15h45 !! La barrière horaire ici, au Châtelard, est à 16h00, il y a environ 4km à parcourir. Bon sang, ça ne va pas passer... Céline m'appelle, elle est bien consciente de sa prochaine mise hors course, mais elle continue jusqu'à nous, c'est quasi tout en descente....La barrière sera fermée vers 16h15, après quelques palabres entre coureurs (plus d'une cinquantaine qui vont être arrêtés) et direction de course pour espérer avoir 1/2 h en plus. Mais en vain... Céline arrive plus d'1h plus tard encore, avec ...50 km au compteur (alors que Chatelard était pointé au 42e..!).
 
 
 
Il n'y a plus d'espoir, c'est l'arrêt forcé... Même si, physiquement, elle est encore en état de continuer et la fin de journée approchant, il va faire moins chaud et plus supportable. C'est rageant...
 
Mais pas de déception à avoir, 50 km dans ces conditions extrêmes, avec 13h49' de course, c'est déjà un beau défi de relevé !! La moitié des concurrents n'arriveront pas au bout, et au dire de ceux qui l'ont fait l'an passé, le parcours modifié était beaucoup plus dur. Quant à Fred, il arrivera bien péniblement, après avoir failli abandonner au 60e km environ ("et j'aurais dû, cela aurait été plus raisonnable" nous dira-t-il..), avec 2h de plus que son estimation.
 
Retour à l'appart et repos bien mérité, le week-end n'est pas fini...
 
 
Samedi 25 juin : Enzo et Inès sur le Mini-cross.
Des orages ont éclatés en cours de nuit, mais la fin de course du 80 km n'en a apparemment pas souffert. Il fait plus frais et gris, de gros nuages entourent les sommets.
Direction l'aire des parapentes à Chamonix, pour le mini-cross.


 
 
Petit échauffement pour les jeunes avec reconnaissance du parcours. C'est tout plat, sur la trace des pistes de ski de fond, avec une légère bosse en prairie sur la fin de parcours. Va falloir démarrer vite ..
Mise en "boxes" par catégories d'âge, les plus petits devant, dès 09h50. 
10h00, c'est parti pour le premier groupe. Et les autres enchaînent après chaque arrivée.
10h20, c'est au tour d'Enzo (cat. Poussins, 2km). Habitué du 1 km le dimanche aux "Allures Libres de Gaume" (régulièrement aux avant-postes), il est entraîné par l'Athlétic Club Dampicourt. Placé en première ligne (à gauche, en rouge), il prend un bon départ. A la sortie du bois, il est en tête, mais se fait passer par le second à la bosse de la prairie. A grandes enjambées, il termine 2e après avoir "tout donné" ! Bravo !!




 
Mais le temps se gâte et le mur de pluie arrive droit sur nous.
 
 
 
Inès (1ere de sa catégorie aux Allures Libres de Gaume) attendra encore plus d'1/4h sous la pluie avant de prendre son départ. Bonne course également, elle termine 3e fille ! Bravo !!

 
De la graine de futurs champions là-dessous...
C'était juste pour le "fun", il n'y a pas de classements officiels, tout le monde reçoit sa médaille souvenir, et un petit trophée pour les premiers.
Les orages vont s'intensifier et nous obliger à quitter le camp et nous réfugier à l'appartement.....Pour se calmer en milieu d'après-midi.
 
Ah oui, des nouvelles de Kilian-Céline sur le cross 23km : il a terminé en 03h36', avec un parcours modifié à cause des orages. De La Flégère, retour vers Chamonix plutôt que Planpraz.
 
Il me reste à me préparer pour ma course du lendemain. la météo se veut plus rassurante : pas de précipitations, plus frais et de plus en plus d'éclaircies au fil des heures. C'est de bon augure.
 
 
Dimanche 26 juin: Bernard sur le marathon.
 
 
Cette fois, c'est mon tour, me voilà dans le vif du sujet. Dépôt de mon sac d'après-course, par précaution, car Céline ne sait pas si elle saura me rejoindre à l'arrivée. Elle m'accompagne avec Enzo, bien décidé à voir le départ!
 
07h00. Départ pour ce marathon montagnard un peu particulier. Je connais le parcours, car déjà fait en 2009.
 



 
 
Je sais que je n'aurai pas besoin des bâtons avant le 18e km à Vallorcine, ils resteront donc dans le sac. Je prends un bon départ en milieu de peloton, un bon rythme sur les premiers km très roulants. Quelques petites bosses en montagnes russes. Premier ravitaillement léger à Argentière, rapide.. 01h environ pour 9km, ça "roule" bien. Mon "fan club" est présent un peu plus loin, ça fait plaisir. Je suis un peu "lourd", trop mangé la veille au soir (ben oui, quand on est gourmand...); mais ça va passer au fil des km...






 
 
Ensuite, 2 montées, abordées sagement, en direction du col des Montets. Après avoir traversé le village de Montroc, nous prenons le sentier en direction de Tré-le-Champ, passage que nous effectuerons 2fois, c'est la branche centrale du 8 du parcours.





 
Nous contournons la passerelle métallique pour filer vers les Montets (km14). Ensuite, c'est en pente douce jusqu'à Vallorcine (km18). Ravitaillement complet. 01h58 de course. Ici commence réellement la course. Je sors mes bâtons, me ravitaille, et c'est parti pour une belle ascension (800m D+ sur 5km).


Col des Montets






 
 
Nous montons en file indienne, survolé par l'hélicoptère de course, d'abord sur sentier sinueux, puis sur chemin plus large (en fait, les pistes de ski, au vu des canons à neige présents).











 
 
Le col des Posettes (1997m) est atteint sans grosses difficultés. Quelques traces de neige sont encore présentes. Ravitaillement léger avec guitariste déchaîné !
 
 


Là-haut, l'aiguillette des Posettes
 
Reste à monter à l'Aiguillette des Posettes (2200m - km23,5), passages en rochers escarpés et en crête, mais en pente douce.




 
On bascule alors sur l'autre versant. Passage technique en crête avant d'entamer la longue descente de 4km environ, d'abord technique, puis plus roulante sur la fin. Je me régale, mais suis régulièrement freiné par des coureurs moins rapides qu'il est difficile de doubler par manque de place; il faut la jouer subtile sans risquer la chute. Je n'y fait pas de photos car je suis hyper concentré, pas droit à l'erreur.



 
Passage à Le Tour, où je pensais que se trouvait le ravito. Cette longue partie m'a un peu éprouvé et j'ai hâte de souffler un peu.
 
Il me reste en fait 3 km à parcourir, en repassant par le milieu du 8, en descente douce et roulante pour arriver à nouveau à Tré-le-Champ (km30).
Ouf ! 04h32' de course, une petite pause bien méritée, se ravitailler et le complément de la poche à eau avant d'entamer la longue montée jusqu'à l'arrivée. Je redémarre doucement pendant un bon km, afin de me remettre doucement dans la course. Cette fois nous empruntons la passerelle métallique pour traverser la route vers le petit sentier qui nous emmènera à La Flégère, 6 km plus loin. Je m'applique à prendre un rythme régulier et assez soutenu, sur des sentiers montagnards assez techniques.



 
 
Céline m'appelle pour prendre de mes nouvelles et me signaler sa présence à l'arrivée. YES, ça motive !! En fait, il me reste 12 km à faire en 2h15 environ, ça va faire trop juste pour rester en-dessous de la barre des 7h.... (mais la limite horaire étant fixée à 9h, j'ai de la marge).
 
Surprise 2km plus loin, à la hauteur d'Argentière, nous redescendons dans une gorge rocailleuse très technique que je ne connais pas. En fait, je n'avais pas prêté attention au parcours, mais cette portion a été modifiée par rapport à 2009 et il y a 210m de dénivelé en plus. Nous remontons alors pour rejoindre le chemin vers La Flégère.



J'ai un faible pour les cascades ....:-)
 
Sortie du bois en plein soleil, et passage par le raidillon en lacet  (passage que je n'aime pas du tout...), pour atteindre le dernier ravitaillement léger (1875m, km36 - 06h22' de course).  

Bouhhhh, que je n'aime pas ce passage :-((


Vue sur la Mer de Glace. Enfin...ce qu'il en reste .....
 
Cette fois, ça sent la fin. Le chemin est légèrement technique (escaliers, pierriers), entrecoupé de nombreux passages roulants, assez courts mais dont on peut profiter pour allonger un peu la foulée. Je ne traîne pas et dépasse régulièrement.



 
 
Cette fois, j'aperçois le dernier chemin large qui mène à Altitude 2000-Planpraz (2000m), qu'il faut gravir en plusieurs lacets assez relevés. Cela semble long et interminable.



 Enzo me rejoint et m'accompagne, plus loin, c'est le tour de Céline et en vue de l'arrivée, c'est Inès qui m'encourage. Je relance sur les derniers 100m, plus roulants,  pour passer l'arche en courant. BINGO ! C'est fait.
 
Une belle médaille en plus à la collection, et une grande satisfaction d'avoir mis quasi le même temps (à 6 min près) qu'en 2009, avec 210 m de dénivelé en plus. En 7 ans, je n'ai rien perdu de ma forme !!
 
 
 
 
 
Et au ravitaillement d'arrivée, il y a .... de la bière Mont-Blanc au fût, que du bonheur !!
 
 
 
 
Retour par le téléphérique pour une bonne douche et un bon repos bien mérité. Pour reprendre la route le lendemain très tôt....

Résultat : 07:18:51 - 900e/2045 classés - 68e/247 en V2H


Aucun commentaire: