+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

dimanche 1 mai 2016

▪ Trail des Roches (St-Dié des Vosges)


http://traildesroches.com/

Dimanche 24 avril 2016

55 km - 2700m D+



3e étape sur notre périple d'avril : direction les Vosges pour un premier gros défi de cette année. Nous faisons l'impasse sur la traditionnelle Bouillonnante, chez nous, pour se défouler sur un parcours du même acabit, en "petite montagne" vosgienne.
Déplacement également en train, hôtel à 500m, dossards et départs quasi juste derrière l'hôtel, pourquoi se compliquer la vie :-)

Samedi 23.
La météo ne s'annonce pas clémente (chez nous non plus d'ailleurs...). Nous sommes accueillis par des giboulées, un brouillard qui s'accroche aux sommets, et une température polaire (pour nous grands frileux, oui, juste quelques degrés c'est polaire!).

Bouché, temps pourri !

Direction la "Tour de la Liberté" et l'espace Copernic adjacent pour le retrait des dossards.
    la Tour de la Liberté
  • La tour de la liberté, ressemblant à un grand oiseau blanc posé au milieu du parc Mansuy, symbolise la recherche de tous les peuples, la liberté. La tour a été érigée pour commémorer le bicentenaire de la Révolution française. Construite dans les Vosges à Golbey, elle fut d'abord montée à Paris, au jardin des Tuileries, en 1989, flanquée d'une tour similaire. La ville de Saint-Dié-des-Vosges obtint de l'accueillir l'année suivante contre un franc symbolique. Elle y fut inaugurée le . (Sce Wikipédia)
 


Ouh, le magnifique sac à chaussures, bien pratique !
Petit resto sympa et très correct juste à côté de l'hôtel, nickel !! Plus qu'à préparer le matos et repos.
LE trailer vosgien !!
Petit coup d'oeil sur le parcours : il est en 2 parties, 2 boucles distinctes 
(25 km, puis 30), mais en repassant par la case "départ". Je n'aime pas trop ce système ... Objectif : être encore en bonne forme à la fin de la première boucle, pour attaquer la suivante sereinement. Les barrières horaires sont calculées sur une vitesse moyenne de 6km/h, cela devrait aller, en fonction du type de terrain que nous allons rencontrer, évidemment.
Et puis, nous avons aperçu LE trailer vosgien, LE spécialiste local: Stéphane Brogniart. C'est certainement lui qui a tracé les parcours. Alors, nous n'allons pas être déçus !!



Dimanche 24.
Lever à 04h30, petit déj au "gâteau sport" et "sport déj", ce n'est pas notre tasse de thé (que Céline préfèrerait :-). Et moi, privé de mon petit café.... Côté météo, le ciel s'est dégagé, mais la température a encore un peu chuté...Brrrrrr !! On va mettre une couche...
Sortie de l'hôtel à 05h30, sur place à 05h40 (le bonheur, du stress en moins...). On attend dans la salle....Quasi pas une tête qu'on connaît.... Sûrement beaucoup de locaux, habitués des gros dénivelés, il ne faut pas s'attendre à de gros résultats face à cette "meute taillée à la serpe" :-) !!
Bon, alors, direction l'aire de départ...Fait pas chaud... Ah, voilà notre ami Didier R., enfin une tête connue. Normalement, Sylvie T. devrait être là également ....
Briefing du spécialiste Stéphane, court, net et précis, pas besoin d'en rajouter. "Pas besoin de frontale, à peine vous attaquerez le bois qu'il fera clair".


06h00 : départ aux flambeaux. C'est parti pour un premier tour de 25 km et environ 1000m D+.
Cool, cool ....Environ 2km de route, il faut bien sortir de la ville. Tiens, la voilà Sylvie...Salut !
Et on entame les premières difficultés, 1,5 km de montée, au sommet de laquelle nous abordons les premières .... roches (ce trail ne porte pas ce nom pour rien..!).






Les premières roches.

Quelques relances et encore monter. C'est une suite de chemins, sentiers et pistes variés et agréables, jamais monotones. Le soleil se pointe entre les nuages, mais ses rayons se font à peine sentir, la température reste basse.
Pris en pleine vitesse :-)

Allez, chauffe !!!
Nous arrivons rapidement au premier ravitaillement, 11e km.
Quelques belles bosses nous attendent ensuite, et de belles descentes également, techniques, en rochers couverts de mousse et de terre; gare à la glisse. Je sens Céline assez prudente dans ces passages...



Mollo, on assure ....






Ah, enfin un point de vue !




Pierres, mousse, grands arbres, on se croirait dans un autre temps....

..... attention aux dinosaures !!


Bon, je suis obligé de pratiquer à un arrêt "technique", mes intestins ne supportent pas le cocktail d'agrumes de la veille...J'aurais pas dû...La prochaine fois, ce sera un vrai apéro!
Et côté poches à eau, ce n'est pas le pied : le nouveau mélange "nature" est mal dosé, trop de citron et pas assez de sucre; le citron me brûle et nous manquons de réserve d'énergie. On dirait des débutants ... Pfffff !!

2e ravito, km18. Cela passe vite, c'est agréable. Il ferait 10° de plus, ce serait le pied (quoi ? 24°l'an dernier..C'est une blague ??). Tiens un autre visage connu : Mathieu S., vu chez nous au TNT et sur l'UT4M à Grenoble. Sympa !
 "Allez les Trévires", nous lance-t-il. Ca va nous coller à la peau encore un bon moment, ce truc ....


Là, en principe (d'après le profil...) cela devrait descendre jusqu'à la fin...de cette première partie. Mais on connaît la chanson... Et comme on s'y attendait, cela monte encore...et encore ! Via une piste de..descente de VTT ! Tellement, qu'on arrive dans le brouillard...Pffff, c'est pas ça qui va me réchauffer les mains ...Oui, je sais, les gants sont dans la poche de ma veste qui est au fond de mon sac...Mais j'ai pas envie de tout sortir, je me dis que ça va bien finir par se réchauffer, na!
Bon, c'est pas le pied pour les points de vue non plus.... Ah, plus loin ça se dégage et nous apercevons enfin la vallée. Non mais, je suis venu pour ça aussi, moi !!
Ici, les VTT descendent, eux !
Et allez, le brouillard, maintenant ....


Et...à droite, ça n'allait pas ?? :-)




Au sommet, c'est bouché, pfffffff !!!!


Ah, ici c'est mieux :-)))
 Enfin, ça se met à descendre, technique, pente variée, pour aboutir sur le macadam. Un peu de route, de trottoirs, le parc, la Tour, et entrée dans la salle sous les applaudissements et les encouragements du public présent (clairsemé quand même le public, mais bon...c'est pas le Tour de France non plus :-)



Soleil, oui, mais pas chaud ....


C'est fini ? Oui, la première boucle ....


3e ravito, donc. On en profite un peu plus, bien s'alimenter. Les jambes sont bonnes, le moral aussi, c'est bon pour la suite : 30 km et le reste de D+ (1700m ??). Par contre, la barrière horaire est serrée, notre avance n'est que de 20 min. Il ne faut pas traîner et repartir assez vite.

Une fois sortis de la ville, 3km de montée nous attendent. Sur de petits sentiers, on se croirait réellement en montagne, ça nous parle, ça!



"Ouf, nous lance un concurrent, on est passés avant le départ des 19 km"! Quoi ? Ils viennent par ici?
Après réflexion, je pense que ce ne soit pas vraiment une bonne nouvelle ... Cela veut dire que la meute de 400 coureurs va nous venir dessus !! Et cela ne tarde pas, quelques minutes plus tard, il faut nous "garer" pour laisser passer les premiers.

Et tout au long de notre longue ascension, nous sommes obligés de nous garer à de multiples reprises. Re-Pfffff, c'est énervant, ça casse le rythme et le moral. A force de se faire doubler par ces coureurs plus rapides, on a vraiment l'impression de ne pas avancer. Le moral de ma "moitié" en prend un coup et l'envie de courir aussi. Céline accuse un gros coup de mou, une fois la Roche du sommet franchie (Roche du sapin sec, 901m, point culminant de notre périple).

Attention, on passe !!
Ben, et nous alors ??





Notre progression reste lente, les descentes se font prudentes, alors que d'habitude elle s'y régale...
"Mais vas-y, fais ta course, ne m'attend pas", me lance-t-elle à plusieurs reprises
Non, pas question, je ne laisse pas tomber quelqu'un dans la difficulté, moi, Madame :-) Et puis, je ferai quoi en attendant à l'arrivée ?? Je préfère profiter un peu plus du parcours.. Et puis, la forme va  sûrement revenir dans quelques km, c'est souvent comme ça après un coup de mou ...

Ravitaillement du km 38. Séparation du 55 et 19. Ouf, nous voilà débarrassés de cette meute.

bye, bye, les "19" ...

Côté barrière horaire, c'est plus large ici, nous avons repris du temps, 40 min de bon. Céline a froid et remet sa veste, ce n'est pas bon signe....Personnellement, ce seront les gants que je finirai par mettre. Malgré quelques passages au soleil, la température n'est pas montée et les quelques maigres degrés ne nous conviennent guère.
"Vous faites une boucle de 11 km et vous repassez par ici", nous annonce-t-on. Bof, j'aime pas trop ce principe des boucles...Mais bon, jusqu'ici, il est vrai, on ne s'est pas encore ennuyé, alors ça devrait aller. On n'y pense pas, et on est partis...
Cette partie s'avère plus boueuse et assez technique. De belles montées nous attendent encore. Nous jouons au yo-yo avec 2 ou 3 autres concurrents, dont Mathieu, ça permet de papoter quelque peu...




De plus, nous aurons à subir plusieurs averses de .... neige ! Ce qui ne sera pas pour nous remonter notre moral .....Re-re-Pffffff  :-((
eh oui, ça ne se voit pas vraiment, mais .....
...... il neige !!
Nous traversons un site gallo-romain et de beaux points de vue, j'en profite pour visiter, avec le retour des éclaircies  :-)....


Site fortifié gallo-romain de La Bure

Alors ... on est....là !


Direction le Roche des Corbeaux (669m). Ensuite, de belles descentes. Céline se teste sur l'une, mais la "pêche" n'est pas encore revenue....





Dis, tu nous passe ton manteau de fourrure ??


Ah, une drôle de roche pas naturelle ....


Nous revoilà donc au ravito, mais nous sommes maintenant au km 49. Nous "rechargeons" en sucre pour la dernière partie. Je traîne un peu avec un concurrent belge (de Dinant)... Céline est repartie.

Quelques beaux passages encore, techniques, boueux...Tiens, la forme reviendrait-elle ? Car je mets un certain temps à revenir sur ma moitié... C'est plutôt bon signe....Quelques obstacles (sapins abattus la veille ...?), et encore monter, jusqu'à une ultime roche-belvédère, impressionnante.



Ils pouvaient pas attendre quelques jours pour abattre ??



De belles descentes en lacets et rochers, où Céline semble reprendre goût à la course, malheureusement, ce sont les derniers km...




Le km 55 est atteint à la sortie du bois, mais il nous faut encore rejoindre le centre ville.
"Y'en a un peu plus, je vous les met quand même ?" Grrrrrr ! c'est chaque fois pareil .....
Finalement, le GPS pointera 57 km au compteur, et les 2700 de D+ annoncés étaient bien présents !!


Prise à la volée sur les derniers 100 m.....




Voilà, on aura bouclé ce trail des Roches ! Un peu en fin de classement, mais des éléments ont été contre nous (ben oui, on cherche souvent des "responsables" :-)) : le froid qu'on n'attendait pas, l'erreur de dosage des poches à eau, et le "partage" du parcours avec l'autre course. Sans cela, et avec une meilleure forme de Céline, nous pouvions espérer mettre au moins 1h de moins. A vérifier sur une autre édition ?? A voir ....

Côté positif : un superbe parcours, très varié, un maximum en forêt, technique et toujours agréable, tellement que le principe des boucles ne nous a finalement pas dérangés. Dommage de ne pas avoir envoyé le 19 km sur la première boucle, libérée, plutôt que de nous les envoyer dans les pattes (ce sera mon coup de gueule du jour)!! Et puis, ni courbatures ni crampes, quel bonheur !

Pas le temps de traîner, "Stéphane Le trailer" nous indique la salle pour prendre notre repas, touts crottés tant pis.. Puis la douche (à l'hôtel, bien chaude !!!) et direction la gare, le train n'attend pas...!!
Pas le temps de visiter, ce sera pour une autre fois...Et pourquoi pas revenir pour un entraînement ?? C'est une idée à creuser .....

Et maintenant, un peu de repos avant la "passe de 3" de mai-juin.

Résultat : 09:18:39 - 1243e/259 classés


Aucun commentaire: