+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

samedi 31 octobre 2009

• Marathon Kayak - 25 octobre 2009

http://www.flck.lu/

Dimanche 25 octobre 2009

2e marathon de la Sûre, 28 km en kayak entre Diekirch et Echternach (GDLux)



Depuis environ fin juillet, nous suivons un stage de kayak, histoire de tâter d'autre chose et aussi en vue d'améliorer nos performances pour le Raid BABA Orientation de mai 2010; dans un petit club bien sympathique de Luxembourg (le CKL - Canoë Kayak Luxembourg - http://www.kayak.lu/ ). Et avec de bons kayaks, de bons conseils, et un vrai plaisir !
Au vu de notre régularité à être présents tous les mardis soir, et vue notre envie de progresser, le responsable nous proposa cette participation au marathon de la Sûre, histoire de découvrir une vraie course en rivière, avec mise à disposition de tout le matériel nécessaire. Comment refuser ? Ce fut une belle opportunité de réellement se tester.

C'est ainsi que nous nous trouvons embarqués dans cette aventure "kayakeste", par un beau dimanche d'octobre, doux (environ 12°) et sec; ce qui m'arrangeait bien, grand frileux que je suis. Bien que c'est une activité très physique, où tout le corps est mis à l'épreuve.
Inscrits en K2 (2 places, vétéran). Petit tour de repérage avant de s'équiper : cette "manifestation populaire ouverte à tous" s'avère être une belle affaire de spécialistes, au vu du matériel débarqué.
11h, il est grand temps de passer la combinaison, les "jupettes" et hop, à l'eau !! On a vraiment l'air de grenouilles de carnaval, mais comme tous les autres sont pareils, ça ne nous gêne pas trop !!

11h32 : c'est parti !! Avec notre numéro 35, nous aurions normalement dû nous trouver sur la première ligne, mais on n'a pas osé, préférant partir en queue de peloton, histoire de voir comment on passe le premier barrage !! Et voilà, le premier tobogan naturel est franchi sans encombres, nous sommes confiants pour la suite.
Dans mon dos, le "raod book" qu'Isa a rédigé lors de son repérage du dimanche précédent, en se balladant le long de le rivière : "Pont à arches (assez petites) barrière bordeau - Passer pont au milieu et rester au milieu - Après le pont difficile sur 150m".

Mais quand on se trouve au ras de l'eau, difficile de bien repérer les passages les plus faciles. Pendant plusieurs km, nous nous sommes battus gentillement avec un autre "double", amateurs comme nous, pour finalement les passer et rester devant (ce qui est finalement le plus dur). Et devant nous, en ligne de mire, un "simple" avec lequel nous jouons au yoyo, nous reprenons un peu de terrain, puis c'est lui qui en reprend. A certains endroits, aux barrages, le fait de le voir bifurquer nous renseigne sur le meillleur passage, car nous nous serions mal embarqués, au ras de l'eau, le passage semblait meilleur sur l'autre côté. Quand ce ne sont pas quelques suiveurs qui crient pour nous indiquer le bon passage. "Merci !"

Les km passent, le rythme reste régulier et la fatigue ne semble pas nous atteindre. Les franchissements des tobagans et autres "rapides" sont agréables. le parcours est assez bucolique, calme surtout et la région est magnifique, ce qui ne gâche rien. mais vu les mains bien occupées, impensable de prendre ne fut-ce qu'une photo ! Déjà bien du mal à attraper le bidon pour boire un coup !

Le GPS d'Isa nous renseigne sur notre avancée, et sur l'arrivée proche. Puis nous dépassons la distance ...?? Et toujours rien en vue, si ce n'est ce concurrent "yoyo". Et les bras commencent à encaisser, ainsi que les abdos, le siège devient inconfortable, bref on sent bien la distance. Finalement nous apercevons les banderoles, et un dernier "rapide" à franchir. Notre concurrent, qui jusqu'ici naviguait toujours à droite, bifurque soudain vers l'extrême gauche. Sans raison apparente, nous semble-t-il. "Bon, on tire tout droit et on lui coupe la route juste avant l'arrivée". Et vlan!, Nous voilà plantés comme des débutants (que nous sommes...) sur un banc de pierre !! "Non de D...! C'est bête, on aurait dû le suivre". Mais bon, on s'en tire bien, les deux qui nous suivent ne nous ont pas rattrappés, c'est l'important.

Appontage, et....sortir du kayak : c'est pas évident du tout, et puis soudain, les jambes semblent ne plus répondre. Il faut quelques instants de marche de canard avant de tenir sur nos guiboles flageolantes.

Résultat : 58e sur 60 en 03h10.38.
Notre coach du club, Franz, termine premier de sa catégorie (la nôtre...) en 02h02.18
Pour info, le premier met 01h48.23

Conclusion : une belle "ballade", une belle expérience et une belle ...envie de recommencer !
Et l'invitation nous a déjà été lancée pour l'an prochain à Pâques. Pourquoi pas ?


Aucun commentaire: