+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

lundi 21 décembre 2009

• ASUB-Orientation : longues distances 20 décembre 2009.

http://www.asub-orientation.org

Dimanche 20 décembre 2009
Longue distance en équipe de deux, sur un assemblage des cartes de Rouge Cloître et Trois Fontaines, IOF.

De l'orientation dans la magnifique forêt de Soignes : le pied !! Je ne pouvais pas louper ce rendez-vous. Ma coéquipière habituelle n'étant pas disponible, c'est Maria qui m'accompagnera cette fois. Prévenue une semaine avant, pas habituée de l'orientation, elle "se contentera de me suivre, se fiant à mon expérience pour ne pas se perdre". Bon, j'assume !
Mais mon but n'est pas de "faire un temps", mais bien de décortiquer un maximum la carte afin de trouver les meilleures trajectoires pour tomber directement au plus près possible de TOUTES les balises. Une course d'entraînementent en quelque sorte .

Nous prenons la route tôt le matin pour nous rendre dans la périphérie de Bruxelles (200km), en compagnie de deux autres membres du BABA, Iwan VIS (le président...) et Stéphane ADAM (très bon traileur). Il fait un froid polaire (- 15°C) et pas un poil de neige dans notre région. Ce n'est qu'à l'approche de la capitale que le tapis blanc se découvre et s'épaissit au fur et à mesure de notre approche du Centre ADEPS de la Forêt de Soignes. Une bonne couche d'une dizaine de cm, du quasi jamais vu dans cette région où la neige ne fait que quelques apparitions épisodiques en fine couche. Le temps s'est bien adoucit (env - 5°C) et la neige tombe à nouveau. Cela nous promet une bonne partie de plaisir et de découverte.

Départ légèrement reporté à 10h30 pour le très long (20 km) et à 10h45 pour notre distance: 14 km et 25 postes à pointer. Départ de masse. Attention, les grandes étendues blanches derrière nous ne sont pas des prairies, mais bien des étangs gelés. Prudence !!
Le terrain n'est pas très accidenté, mais est constitué d'une succession de petites vallées escarpées qui cassent le rythme sans cesse, la forêt est relativement bien dégagée et laisse apercevoir les balises d'assez loin, ce qui facilite la course. Mais la neige et la nombreuse végétaion basse freine beaucoup notre progression. Néanmoins, je précise à Maria que je ne cherche pas la facilité en prenant les chemins mais je suis au max la "ligne rouge", à travers tout, histoire de peaufiner mon expérience.

Les premières balises sont trouvées rapidement, puis nous rattrapons une autre équipe, et une toisième vient se greffer sur notre trajectoire. En se suivant les uns les autres, on a un peu tendance à moins se concentrer sur la lecture de carte. De nombreuses traces sont visibles dans la neige et je vérifie bien à la boussolle que celles que nous suivons vont dans la bonne direction. Finalement, les équipent prennent des parcours différents et nous nous retrouvons seuls après quelques autre balises. Nous pouvons alors nous concentrer à fond sur notre parcours. Les 13 premiers postes ne sont pas très éloignés les uns des autres et nous tombons dessus à chaque coup.
La neige s'est arrêtée de tomber. Nous croisons régulièrement des promeneurs, skieurs de fond, enfants avec luges...les bruxellois profitent à fond de ce manteau blanc inhabituel pour eux !!

Après 3 passages sous le ring, nous attaquons la partie la plus longue. Il faut bien lever les pieds pour se dégager des broussailles enneigées, se méfier sans cesse de ce qu'il y a en dessous, tout cela provoque une fatigue non négligeable. Maria accuse un peu le coup et s'excuse de me retarder. Mais je prends le temps nécessaire et en profite également pour lui inculquer les notions d'orientation et à décortiquer la carte. Finalement, on est là pour apprendre !!
Les 6 balises suivantes seront plus longues à trouver, les distances entre elles étant plus longues, et le terrain plus difficile. A deux ou trois reprises, je douterai sur notre position, se repositionner sur un point bien précis et s'est reparti de plus belle, juste un peu de temps de perdu. Surtout, ne pas se perdre, toujours connaître notre position.
Petite anecdote : En progressant sur la balise 20, alors que la niege tombe abondamment, je cherchais une clôture pour être certain de notre bonne position, et soudain, je vois détaler à quelques dizaines de mètres de nous 4 biches et chevreuils. En suivant du regard leur progression, je tombe pile sur...la clôture ! Bingo, c'est la bonne direction !

Les chutes de neige ont fait leur retour, nous ne sommes pas loin du but, la température chute à nouveau. Les distances racourcissent sur les 6 derniers postes et nous les enchaînons sans grandes difficultés, les traces étant bien marquées, il "suffit" de s'assurer de la bonne direction à suivre.

Il est 15h15 environ quand nous pointons à l'arrivée, soit environ 3h45 de course. OUF, nous sommes bien fatigués mais contents d'avoir pointés tous les postes. Ce qui ne sera pas le cas du couple qui arrive juste derrière nous, ayant laissé tomber au poste 16 après 3h20 de course. Ce sera l'abandon pour eux.

"Une très bonne expérience et une chouette ballade dans la neige" m'assure Maria, "et de plus tu as bien assuré côté orientation, mais je t'ai beaucoup retardé !".
Qu'importe, mon but est atteint : trouver tous les postes, bien "lire" la carte, et arriver à se repositionner juste quand on est un peu perdus.

Notre résultat : 10e sur 13 équipes (10 classées) en 3:46:45
Les premiers bouclent en 1:48:22

L'autre équipe BABA, sur la longue distance (20 km) : VIS Iwan et ADAM Stephane, 2e sur 14 (11 classés) en 2:22:41, à 12' des premiers.

Après une bonne douche, nous nous retrouvons autour d'une bonne ... bière, et nous avons l'honneur de côtoyer deux vedettes nationales, Séverine VANDERMEULEN et Wouter HAMELINCK (7e sur la longue distance). Séverine était dans l'équipe féminine qui a remporté la Petite Trotte à Léon lors du dernier UTMB à Chamonix, et Wouter est un "personnage" ! Voyez plutôt :
Wouter Hamelinck : «je ne fais jamais de trucs dingues.»
Caché derrière sa barbe noire fournie, Wouter semble un jeune homme effacé, réservé. Lorsqu'il se rend au départ d'une course, ce jeune Belge ne dérange personne : à la descente du train qu'il emprunte toujours, il sort son vélo pliable et rejoint le lieu de départ en pédalant. Là, il dort où il trouve de la place : parfois chez l'habitant, dans un gymnase prêté par l'organisation, ou plus basiquement sur un banc, sous un porche... Le confort lui importe peu. Une fois le départ de l'épreuve donné, à moins d'être dans un très bon jour ou que lui soit dans un mauvais, il y a de fortes chances que vous ne le revoyez plus.
Victoire sur de nombreuses épreuves à l’étranger comme en France : la Magnétoise 2008 et l’Ultra Tour de Liège 2007 (Belgique), le Thames Path Ultra 2008 (Angleterre), la Limburgs Zwaarste 2007 (Pays-Bas), et en France le Trail des Poilus 2007, l’Ecotrail de Paris 2008... Wouter a participé à bien d’autres ultras : 100 km de Millau, Trail Blanch’, UTMB, 6000D...
(Ultafondus 2008 - lire l'article)


Merci à l'organisation et l'équipe sympathique de l'ASUB.



Aucun commentaire: