+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

mardi 27 mars 2018

♣ Trail des Tranchées, Verdun (F)


Dimanche 25  mars 2018

32,5 km - 680mD+

Ce n'était pas prévu au programme, mais il nous fallait une sortie longue, en mode endurance, en préparation du Jura début avril. Alors Céline fureta sur Facebook à tout hasard ..... Puis dégota un dossard à revendre pour ce trail, puis un deuxième. Bon, c'est pas donné (30€), mais au moins nous aurons un long parcours balisé avec des ravitos. Puis, on nous en avait déjà parlé de ce trail, en bien. Alors, pourquoi pas....

Verdun (tourisme): oui, j'y suis déjà passé, mais jamais arrêté. Non, je n'ai jamais pris la peine de visiter. Pourtant, ce n'est qu'à 1h de route de chez nous.
Verdun (historique): c'est le souvenir de la grande guerre, on ne peut s'empêcher d'y penser. Je ne vais pas vous faire un cours d'histoire, mais c'est quand même 700.000 pertes (morts, disparus ou blessés) en 10 mois, en 1916. -  26.000.000 d'obus !!

Levé tôt (5h) pour être sur place au plus tard vers 07h15, car nous devons effectuer la "procédure de changement de dossard" (attestation, pièce d'identité, certificat médical), avant le départ des bus à 08h05 précises !

Il ne fait pas chaud (-3°)....Brrrrrr, on en a marre d'avoir froid.....😖.
L'organisation a l'air conséquente. Les bus partent bien à l'heure, en long convoi. Environ 1200 coureurs à convoyer, soit plus d'une vingtaine de bus!




Le départ "officiel" a lieu sur le site historique de l'Ossuaire de Douaumont, sous le regard amusés des "poilus" en uniforme d'époque. Les "poilus", aujourd'hui, ce sera nous.😉
On sent, tout autour de nous un lieu empreint d'histoire et de commémoration. Outre le froid, ça donne des frissons supplémentaires dans le dos...





Bon, notre but n'est pas de "faire un temps", mais de faire une sortie longue. Donc nous partons sagement en fin de peloton.
Les premiers km nous emmènent le long des tranchées, et même à en emprunter une, reconstituée, sur de petits sentiers agréables. Oui, bon , ça bouchonne un peu...



vestige des tranchées d'époque

une tranchée reconstituée.



Puis, un peu de grand chemin, pour étirer le peloton. Puis...ça bouchonne à nouveau, à l'entrée du premier sentier mono-trace. A-a-a la queue-leu-leu....




Le soleil, d'abord timide, commence à nous réchauffer. Finalement, il fera bon courir....
Ensuite, nous déambulons dans le champ de bataille (oui, le vrai..!), tout en mono-trace, en bosses et fosses (les trous d'obus), et tout en zigzag en forêt, entrecoupés par 2 volées d'escaliers.  Jusqu'au fort de Douaumont.
le champ de bataille (sans les arbres, à l'époque)












Ensuite, les quasi 20km suivants seront du même acabit : essentiellement du mono-trace, tout en forêt, bosses et fosses, zig-zag perpétuel, entrecoupés par 2 belles côtes. C'est très agréable, mais, contrairement à ce qu'on pourrait penser, c'est assez technique et usant  à la longue.
Tout en découvrant çà et là, enfouis dans la végétation des vestiges et ruines de bâtiments fortifiés, et de villages abandonnés. 

bosses et fosses en continu

Régulièrement, des spectateurs sont présents ! C'est agréable...







un petit saucisson et ça repart ? 😋








Le "hic", c'est le nombre trop important de coureurs !! A la file indienne du début à la fin, impossible de rester dans son rythme, très difficile de doubler sans risquer de se prendre une branche, une souche ou une racine. Dommage... Un départ par vagues aurait été souhaitable.

Puis, les différents parcours se rejoignent, ce qui n'arrange pas les choses...
La ville est en vue, il doit rester environ 6km.





Ce sera alors une longue "ballade" en bord de Meuse, avant de bifurquer vers la ville en direction de la citadelle, face à la Porte Chaussée. Mais pour l'atteindre, il faudra avaler la grande volée d'escaliers du Monument à la Victoire et aux Soldats.


V comme Verdun et comme Victoire !

La Porte Chaussée


Monument à la Victoire et aux Soldats


De là, nous opérons une grande boucle sur le dessus de la Citadelle souterraine, en contournant d'impressionnants bâtiments abandonnés, avant d'emprunter un escalier en colimaçon pour pénétrer au cœur de celle-ci, via les souterrains et escaliers.
















Il ne reste plus alors que 700m à parcourir, sous les encouragements de la foule nombreuse, jusqu'à la ligne d'arrivée à l'intérieur de la salle.






C'est noir de monde, et on fait la file pour recevoir la médaille, comme en fin d'un marathon.



Voilà, nous avons fait notre sortie longue. Mais repartons avec une certaine frustration de ne pas avoir pu profiter pleinement des beaux passages de ce très beau, pittoresque et historique parcours !!

PS : Au bout du compte, il n'y avait que 30,8 km...

Résultat : 03:53:55 - 672 et 673e/1080 classés



Aucun commentaire: