+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

jeudi 28 juin 2018

♣ Ardennes Méga Trail, Les Hautes Rivières (F)



Samedi 23 juin 2018

Relais des 4 Fils Aymon (4FA) : 2x27 km - 2800m D+


Je ne suis généralement pas fan des relais, ayant la frustration de ne découvrir qu'une partie du parcours et de peut-être louper de beaux passages, de beaux paysages, d'endroits particuliers.
Dans ce cas de l'AMT, cela ne me posait pas de soucis, puisque j'ai déjà arpenté ce parcours plusieurs fois (le long en 2010, 2011 et 2014 et le 54 en 2015), et que le parcours n'a que très peu, voire pas, changé. C'était donc un beau défi à relever, et assez raisonnable, casé entre la Trans'Ju et la Montagn'Hard. Un bon entraînement, quoi !
La difficulté supplémentaire (outre le profil dantesque..) de cette course, c'est la gestion de l'alimentation imposée par l'autonomie totale. Seuls quelques points d'eau sont prévus, le reste on se débrouille !
Côté profil, c'est facile à retenir: dès le départ, ça monte sec, et quand on est au-dessus, ça descend relativement raide. Puis ça s'enchaîne ainsi de suite 5 à 6 fois par relais. Entrecoupé par quelques portions roulantes, mais ce n'est jamais très long. Et quand vous entendez le speaker, c'est la dernière descente 😉.



Pour déterminer notre estimation de temps, je me base sur mes résultats précédents : env 5,5 km/h sur le long. Un petit peu plus de 5 sur le 54 (ce n'était pas la grande forme cette année-là..), quand Céline avait roulé à du 6 à l'heure. Comme nous ne ferons que la moitié chacun (27km), je table donc sur du 6,5 km/h, vu la difficulté du terrain. Soit un temps final de 8h30', peut-être un peu moins si on tient la forme. Ce serait déjà très bien.

Nous avions prévu d'arriver la veille et de loger sous tente, mais notre emploi du temps fut trop serré et, plutôt que d'arriver de nuit et s'installer à la frontale, il fut préférable de dormir dans son lit et partir de bon matin. D'autant plus que la nuit s'annonçait fraîche, voire froide (4°C !).

01h15 de petites routes sinueuses et vallonnées, via Bouillon et Bohan, la vallée de la Semois, pour rejoindre le confluent avec la Meuse à Monthermé, tout près des Hautes Rivières, soit des vallées très encaissées qui se rejoignent. De quoi créer de belles bosses !!

Retrait des dossards, bonjour à quelques amis (Maria, Yannick, Ferid (notre voisin...!)...). Céline s'équipe et s'échauffe. Eh oui, c'est elle qui prendra le départ pour la première étape de 27 km. Cela fait tout drôle de ne pas partir ensemble....Côté météo, la journée s'annonce belle, voire chaude.


08h00. Départ sous les fumigènes de drôles d'énergumènes sortis d'un autre temps (voire d'un temps à venir, qui sait ??); Sympathique animation. D'abord une petite boucle, pour repasser ensuite sous l'arche et s'élancer vers la forêt et ses nombreuses difficultés.


Concentrée .....!


ça part dans un sens ......

... puis ça repasse dans l'autre sens !

Coucou, Yannick et Ferid, sur le 54 RLT

Me voilà donc avec environ 4h de temps libre. Nous devons rejoindre la base relais de Bogny par nos propres moyens. D'abord un petit déjeuner café-baguette, où je retrouve Maria pour papoter crampes et délais de course 😊.
Ensuite, je monte la tente (ben oui, elle était prévue dans la voiture la veille, alors elle servira à Céline pour se reposer un peu en attendant mon arrivée..).
Je décide alors d'aller la voir passer sur le parcours. Le mieux serait le point d'eau à Haulmé, c'est sur ma route pour rejoindre Bogny. Mais à Haulmé, impossible de trouver ce ravito; il est probablement plus haut à l'entrée du bois. Je continue donc ma route, et au sommet du petit col, je tombe sur un passage des coureurs. On doit être au km 18 environ. Estimation de passage: un peu avant 11h00. Il est 10h05. J'aurai à peine le temps de me placer et encourager quelques coureurs que... ma relayeuse se pointe déjà !! Il est 10h13' !
"Wouahhh, ça roule dis-donc !!"
"Oui, nickel, plus que 9km..."
Je fais un rapide calcul: elle est à plus de 7,5 km/h !!

Direction Bogny et l'aciérie, endroit du relais. J'y suis vers 10h40.
Je refais mes calculs...Céline devrait arriver entre 11h15 et 11h30, si elle tient ce rythme-là (au lieu de 12h-12h30 estimé). Je repère les lieux, m'équipe, m'échauffe gentiment. Le soleil est bien présent, et un petit vent frais agrémente, il doit faire bon courir.

De là, on aperçoit le passage des "4 Fils Aymon", lieu emblématique de la course, d'où s'ensuit une belle descente technique pour rejoindre Bogny. On aperçoit au loin les concurrents qui descendent...Je scrute les lieux ....
Tout en haut : les 4 Fils Aymon

Soudain, un point bleu, casquette noire, une allure que je connais..: c'est elle ! L'entrée dans le bourg, passage sur le pont.... Je me prépare, je suis "chaud" !


Top : 11h38' ! Belle avance !! Moins de 04h de course, cela me met un peu la pression... 7,5 km/h de moyenne...... Va falloir assumer....Vais-je pouvoir en faire autant ?? Je décide de ne pas faire de photos, juste me concentrer sur ma course (pour des photos du parcours, voir 2014)

Je pars serein, rythme moyen au début, car une belle côte m'attend. Tiens, on ne passe plus par le tunnel ... J'entame cette montée en allongeant ma foulée, gros appuis sur les bâtons, bonne allure.. Ce que je ferai à chaque montée, et ça passe bien. Les descentes, techniques et assez longues, seront abordées en mode "vitesse", un vrai régal. Je dépasse régulièrement. "Passe à gauche" - "Passe à droite, merci!"
Monthermé et sa volée d'escaliers, je l'aborde calmement, pour relancer de suite au sommet. Ma plus grande crainte sont ces maudites crampes...

Les kilomètres défilent, je vérifie ma moyenne: je suis constamment au-dessus des 7 à l'heure (entre 7,6 et 7,3, en fonction des difficultés). Super !! Je tiens le rythme imposé par ma moitié !😉

Maison forestière des Cerceaux, point d'eau, km 36. Arrêt éclair, une bonne gorgée d'eau claire, s'asperger un peu la nuque, et ça repart de plus belle.
Passage de l'énorme éboulis rocheux, très technique. Un coureur me laisse passer, je loupe un appui et me retrouve allongé sur les rochers, au milieu de mes bâtons. Pffffff! "Ça va ? Pas de bobos?"me lance-t-il.  "Ça va merci, désolé pour le contretemps". C'est malin, pensai-je....
10m d'escalade pour franchir la barre rocheuse, et je relance sur la crête. Allez ça repart de plus belle.

Quelques sentiers, montées, descentes, plus loin, on "attaque" la falaise. Échelle, corde, ho-hisse, c'est passé, et c'est toujours assez impressionnant !

Droite, droite, on relance, encore et toujours. Tiens un groupe de randonneurs, une trentaine environ, qui s'écartent et font une haie d'honneur pour applaudir et encourager notre passage. C'est gai et motivant !

Arrêt éclair au point d'eau des Naux, km 47. Pointage : ma moyenne a légèrement baissé, mais reste encore au-dessus de 7. C'est tout bon !!
Là, je me souviens la grosse montée, dernière grosse difficulté du parcours. Je monte calmement. Et au 3/4, une alerte crampe dans la cuisse. "Ah non, pas maintenant, si près du but!" Criai-je intérieurement.
Hop, sans hésiter, 2 pastilles Sporténine, et je continue paisiblement ma progression. Le mal passe relativement vite, puis une petite relance sur le parcours, suivi de la dernière bosse en crête.
Il reste 5km, je préviens Céline, pour qu'elle ait le temps de se réveiller ...😄 et être là à mon arrivée.
Un passage plus roulant (tiens, assez long, celui-là, je l'avait oublié), un chemin empierré, puis toute une longue sapinière, pour relâcher un peu les muscles endoloris, avant d'attaquer la dernière descente.
Là, je double mon prédécesseur, et me lance dans ce dernier plaisir. On entend les sons de l'arrivée qui se rapproche... Entrecoupée de 3 petites bosses (un peu comme en montagne, où ça ne descend jamais vraiment 😁...), cette descente aboutit sur la petite route qui donne accès au chemin d'arrivée. Dernière "surprise": la traversée de la Semois. Prudence, le courant est assez fort, ce n'est pas le moment de tomber à l'eau.Je ne suis pas "fan" de ces passages... Céline est là.

Et hop, relance à fond pour les derniers 300m avant de franchir l'arche finale !

03:36 - Wouahh !! Moins de 4h également, je n'aurais jamais imaginer tenir ce rythme sur ce parcours sélectif. Très content d'avoir maintenu cette moyenne. Et suis étonné d'avoir pu courir et relancer autant.
Finalement, nous mettrons au moins 1h de moins que mon estimation. 7,6 km/h de moyenne sur les 2 relais.
Côté classement, on n'est pas mal du tout : 26e. Alors qu'un milieu de classement m'aurait déjà largement satisfait.


Très belle journée et très bonne prestation. C'est prometteur pour la Montagn'Hard dans 2 semaines...
Mais, avant, nous ferons un passage chez nos amis de Carlepont, avec une Bécasine.

Résultat : 07:04:36 - 26e/104




Aucun commentaire: