+ noël

Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"
Note :si des pages pop-up indésirables s'ouvrent, c'est totalement indépendant de ma volonté.
Activez le blocage pop-up de votre navigateur.

mardi 30 novembre 2010

• Olne-Spa-Olne

http://www.courirpourleplaisir.be
65 km, 2300 m D+, 1 pt UTMB
28 novembre 2010

Comme le départ de la course a lieu à 08h du matin, je préfère partir la veille et loger sur place, puisqu'un hébergement "convivial" est proposé. Je fais la route avec un autre Gaumais, Fred BERNARD. Une bonne heure 1/4 pour arriver à Olne; retrait des dossards, les installations ne payent pas de mine mais l'accueil est très sympa! On se renseigne sur la possibilité de visualiser le profil de la course : "On n'est pas encore certains à 100% du parcours", nous répond-on !! Pas de panique, c'est une organisation "Célestes", c'est un peu à la bonne franquette. Direction notre logement, au château du Domaine provincial de Wégimont, à quelques petits km de là. Installations correctes, avec petit déj, pour un coût très modeste. Parfait ! Direction la pizzeria du coin, à pied sous un froid glacial et des trottoirs rendus glissants par la petite averse de neige tombée la veille.

Dimanche 28. Levé vers 06h30, une bonne douche et petit déjeuner. Il fait -6°C dehors. Direction Olne, où nous retrouvons le reste des Gaumais qui ont osé faire le déplacement : Christophe MARTIN, Thierry BARRAS, Jean-Pol POMMES (dit JPP), Fabrice DUBRU. Ca caille, mais la journée s'annonce plutôt ensolleillée. Nous n'avons toujours pas pu prendre connaissance du parcours ni du profil, tant pis.
Thierry, JPP, Fabrice et Fred

On attend le départ, serrés au chaud, dans la petite salle

Départ à 08h (enfin, juste un peu passé...). Je démarre avec Fabrice qui effectue sa première grande distance en trail (mais possède un bon entraînement ...). Ambition : rallier l'arrivée avant la tombée du jour, car je n'ai pas emporté de frontale !
Motivé, pourtant ...

Les premiers km sont plutôt agréables, d'abord sur route, puis de petits sentiers, chemins, passages plus techniques rendus glissants par la gelée, quelques escaliers, l'un ou l'autre bouchon sur des passages étroits (bien fait, fallait partir devant si vous vouliez passer direct, na...), bref un parcours agréable, et un rythme volontairement limité afin d'"assurer".

Ravitaillement au 16e, j'enlève une couche; le soleil se pointe et ses rayons commencent, timidement, à se faire sentir. Encore quelques km de beaux chemins, passage à travers le domaine de Notre-Dame de Banneux (petite prière en passant...). Après le ravito du 32e km, on se "farcit" une longue et raide montée, quelques passages en sous-bois, puis le circuit devient plus roulant et de moins en moins technique, plutôt marathon que trail. Chemins larges et interminables, puis routes asphaltées et traversées de village, paysages sans grand intérêt...Mais pourquoi nous ont-ils "spécialement" changé ce parcours qu'on m'avait annoncé plutôt agréable ?? Alors que la région regorge de quoi faire de beaux parcours "trail".

J'attrappe quelques douleurs dans les hanches et le bas du dos, mais supportables. Je ralenti mon allure, décroche Thierry et Fabrice petit à petit. J'accuse ensuite un passage à vide du 35e au 40e km. Mes 2 compères prennent le large. Je trouve les km de plus en plus longs...
Ravitaillement du 45e. Après le franchissement du carrefour, à une centaine de mètres du ravito, je vois soudain un concurrent qui sort d'une voiture, c'est mon ami Fred ...qui a abandonné sur blessure (contracture au pied) et attend d'être rapatrié. On échange 2 mots, et je monte lentement jusqu'au ravito. Un thé chaud (enfin...presque tiède), grignoter un bout, je m'asseois sur le bord d'une remorque pour soulager mon dos, et soudain me passe par la tête une chose que je n'avais pas encore connue jusque maintenant : je n'ai plus envie de continuer si le parcours reste du même style. Finalement, je ne prendrai pas le risque de me "traîner" encore pendant 20 km sur un parcours qui ne me donne plus aucun plaisir !
Je fais demi-tour, redescends la côte, croise JPP, "Eh, où tu vas, comme ça" ?? - "J'abandonne" lui dis-je avec un grand sourire - "Tu es devenu fou ?". Peut-être ....
Je rejoins tout juste la voiture qui allait démarrer avec à son bord mon ami Fred et un autre abandon, Christophe LIBIN (blessé également). Nous tombons d'accord sur la question du parcours "chiant et ennuyeux".

Retour à la case départ, douche, rencontre avec les premiers, petit repas chaud, une bonne bière...et attente (plutôt longue...c'est toujours long quand on attend) de l'arrivée de nos compatriotes, dans l'ordre : Christophe (22e - très bonne course), Fabrice (qui a bien assuré son premier "long"), Thierry, et JPP qui nous traite de "gros zéros", avec un large sourire!!

Il règne une bonne ambiance dans la petite salle à la sono bruyante, et Wouter Hamelinck nous raconte humblement son dernier périple 1 mois plus tôt à l'Himalaya (Himal Race, 850 km en 20 jours) où il termine ...2e !!
Fred "buvant" les paroles de Wouter

Puis ce furent les récits captivants de l'ami Claude, Céleste parmi les Célestes, sur la PTL, et le dernier "TOR des Géants" qu'ils ont bouclé en septembre (330 km, 24000 m D+, 150h, Val d'Aoste).
Des fous, je vous dit !! Mais très instructif ....

Résultats : abandon au 45e km. Et aucun regret !!

Et si l'association organisatrice s'appelle "courir pour le plaisir", il faudra qu'elle revoie franchement sa copie pour me revoir !! (sur ce parcours en tous cas...)


2 commentaires:

Christophe LIBIN a dit…

Pour avoir recueilli les impressions de plusieurs personnes à l'arrivée, je peux t'assurer que l'avis était unanime sur le parcours... Vivement un retour à celui des éditions précédentes.

Cédric FERRIN a dit…

Salut Bernard,
je suis d'accord avec toi : le parcours n'était vraiment pas top. Beaucoup trop d'asphalte. On ne peut plus vraiment parler de trail, selon moi.
Pas d'abandon sur blessure au moins?
Cédric
crapahut.wordpress.com